Vidéo d’un jeune cancéreux sur les réseaux sociaux : Le DSP d’Oran apporte des éclaircissements

Suite à la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrant un jeune cancéreux hospitalisé au centre anti-cancer « Emir Abdelkader » de Misserghine qui déclare avoir été « renvoyé de cette structure hospitalière après avoir demandé au ministre de la santé une meilleure prise en charge », Esseha.com a pris attache avec le directeur de la santé de la wilaya d’Oran, Mr Bouda, qui a tenu à apporter un démenti par rapport à cette affaire et rétablir la vérité. Il nous expliquera que « l’enfant, âgé de 14 ans et atteint de leucémie était suivi au centre anti-cancer de Misserghine jusqu’à aujourd’hui. Nécessitant une greffe de moelle, son dossier a été présenté au professeur Bekadja, chef de service d’hématologie et greffe de la moelle osseuse, de l’EHU d’Oran qui a préconisé que l’enfant termine d’abord ses séances de chimiothérapie avant de passer à la greffe. En prenant connaissance de l’état de ce jeune malade lors de sa visite d’inspection à l’hôpital de Misserghine, le ministre de la santé a demandé à ce qu’il soit transféré au service du Pr Bekadja pour un avis autorisé, chose qui a été faite ce matin. L’enfant a donc été transféré par ambulance, accompagné de sa maman, d’un médecin, du représentant du directeur de la santé d’Oran. Sur place, le professeur Bekadja a décidé après examen de l’hospitaliser et, tout en continuant la chimiothérapie de le programmer pour une greffe de moelle ».

Mr Bouda qui dit être « étonné, désolé et frustré de voir la tournure de la situation » fera savoir qu’«on ne peut pas renvoyer un malade de l’hôpital et le priver, dans le cas de cet enfant, d’une greffe de moelle qui est la clé de la réussite de son traitement ». Tout en déplorant « ce genre d’agissement qui fait perdre la confiance des patients vis-à-vis de nos structures hospitalières », notre interlocuteur conclura : « notre souci est de maintenir cette confiance. Nous travaillons pour relever les insuffisances et les corriger pour améliorer la qualité des soins fournis aux malades ».

Kamir B.