Vaccination contre la grippe saisonnière en plein Covid : Un quota de 100 000 doses pour la wilaya d’Oran

 

La question de la nécessité de procéder à la vaccination contre la grippe saisonnière, en pleine reprise de l’épidémie de la Covid 19, a été tranchée et recommandée par l’OMS, pour les personnels de santé, mais également les personnes vulnérables, les malades chroniques et les personnes âgées. Une recommandation que les autorités sanitaires vont appliquer, d’ici la fin de mois, avec l’entame de cette vaccination.

La wilaya d’Oran, va bénéficier d’un quota de 100 000 doses de vaccins anti grippal, comme annoncé par le directeur de la santé d’Oran A. Bouda, qui a insisté : « On ne sait pas comment va se comporter le virus en hiver. Pour l’été nous avons vu, mais là on ne sait pas surtout avec la grippe saisonnière» .

Le directeur de la santé met en garde aussitôt la population en expliquant que le vaccin de la grippe saisonnière ne protégera que pour la grippe et non la Covid 19, cela d’autant que les symptômes peuvent être similaires.

Des médecins généralistes privé ou exerçant dans le public, eux aussi, mettent en garde contre une fausse sensation de protection, disant que le vaccin ne protégera que contre la grippe saisonnière : « il faut que les personnes vulnérables fassent leur vaccin cette année surtout si elles sont habituées par le passé à se faire vacciner », explique une généraliste du CHU-Oran.

Le pneumologue, Professeur Lellou de l’EHU, lui aussi, a recommandé à maintes reprises le vaccin anti grippal : « La vaccination pour la grippe saisonnière doit être maintenue, même si nous avons beaucoup d’inconnues avec le corona et si on s’interroge sur le fait qu’il pourrait générer des effets secondaires, mais il protégera contre la grippe saisonnière, d’autant que dans le passé ces virus de la grippe saisonnière que nous connaissons comme le H1N1, H3N2, ont été à l’origine de grande pandémie dans le monde, mais avec la découverte des vaccins ils sont devenus moins virulent ».

Les pneumologues estiment que l’on enregistre à Oran chaque année 5 à 10 décès imputés à la grippe saisonnière.

Driss Mokkadem

%d blogueurs aiment cette page :