Une deuxième fracture a révélé que le poignet a été mal redressé

« Mon bébé marchait à trois pattes et s’appuyait sur un avant-bras et je ne m’en suis pas aperçue à temps » témoigne une maman dont le petit âgé de 10 mois montrait un signe que quelque chose n’allait pas. « C’est mon aînée qui m’a alertée, me demandant pourquoi Abed ne posait pas ses deux mains sur le sol mais plus tôt son avant-bras. Mes nombreuses tâches et mes autres enfants me retenaient et m’empêchaient de faire attention à mon nourrisson qui avait dû rester dans cet état au moins deux jours selon ma fille ». Il fallait soumettre le cas de Abed à un médecin au service des Urgences à l’hôpital. Diagnostic, une fracture au poignet qui empêchait le bébé d’utiliser ses deux mains pour se mouvoir. « J’ai les larmes aux yeux lorsque je repense à l’état de mon enfant qui souffrait sans pouvoir manifester sa douleur alors que je ne m’en rendais même pas compte ». Elle affirme que c’est aussi difficile de le revoir avec le plâtre au bras à cet âge-là.

Mais le plus difficile, c’est de savoir que l’os n’a pas été redressé et que la fracture a été mal consolidée comme le souligne la mère. « Au hasard de ses jeux, quelques années plus tard, Abed est tombé et, de nouveau, une fracture au même poignet. Il s’était avéré que la remise en place de l’os a été bâclée ».

Cette fois, le nécessaire a été fait pour que l’os réintègre sa place et que la fracture soit complètement consolidée. C’est qui fait dire aujourd’hui à Abed qu’il a fallu qu’il subisse une deuxième fracture pour que son poignet se conforte.

Nadia Rechoud  

%d blogueurs aiment cette page :