Une commission ministérielle pour enquêter sur la situation du CAC « Emir Abdelkader » d’Oran prochainement

Une commission sera dépêchée la semaine prochaine pour enquêter sur la situation du centre anti-cancer (CAC) « Emir Abdelkader » d’El Hassi à Oran, a annoncé le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, et ce en marge de sa visite au service d’oncologie pédiatrique au CAC.

« Nous avons entendu parler de problèmes dans cet établissement et nous avons jugé utile de lui rendre visite et écouter le personnel et les parents de malades pour comprendre la situation et décider de l’envoi d’une commission ministérielle la semaine prochaine à Oran », a-t-il déclaré.

Plusieurs agents paramédicaux se sont regroupés devant le service pour revendiquer l’amélioration des conditions de travail, faisant savoir surtout que certaines tâches qu’ils accomplissent ne leur incombent pas comme celle de préparation des doses de traitement par chimiothérapie qui est du ressort de préparateurs pharmaceutiques.

Ils ne sont pas habilités et non formés dans ce genre de taches nonobstant l’indisponibilité des moyens préventifs nécessaires, ont-ils déploré.

Des parents se sont également rassemblés pour protester contre les conditions de traitement de leurs enfants et le manque de médicament.

Le ministre, qui a rencontré des représentants des agents paramédicaux et des parents d’enfants malades en présence des responsables du secteur de la santé et du CAC, a exprimé qu’il comprend leurs revendications et s’est engagé à les satisfaire.

Dans ce sens, M. Miraoui a instruit le directeur de la santé et de la population de doter le centre, dans les brefs délais de préparateurs en pharmacie et permettre aux infirmiers et agents de reprendre leur mission initiale comme premier pas avant d’étudier le reste des préoccupations sociales.

Des instructions ont été également données au DSP pour améliorer dans les brefs délais les conditions d’accueil des accompagnateurs des malades (parents) au CAC qui enregistre une coupure d’eau depuis plus de 10 jours.

 

Abordant la question du médicament et de la chimiothérapie, le ministre a affirmé que tous les médicaments sont disponibles au niveau de la pharmacie centrale des hôpitaux, déclarant « il faut prodiguer le traitement aux malades qui est un droit constitutionnel ».

Par ailleurs, le ministre a visité l’établissement hospitalier universitaire (EHU) « 1er novembre » et le CHU « Dr Benzerdjeb » où il a inauguré un service d’urgences médico-chirurgicales pour enfants.

%d blogueurs aiment cette page :