Une combinaison de médicaments contre le Coronavirus menée par le laboratoire VirPath à Lyon

Fusionner des médicaments existants déjà (utilisés contre les infections virales) pour parvenir à un traitement contre le Coronavirus Covid-19, c’est la tâche à laquelle s’est attelé une équipe de chercheurs du laboratoire VirPath à Lyon. Cette équipe vient de publier les résultats de son travail, assurant que ceux-ci sont satisfaisants au vu de l’efficacité qu’ils ont constaté sur le Covid-19.

Spécialiste du « repositionnement » de médicaments depuis une dizaine d’années, le laboratoire VirPath teste des médicaments déjà existants contre les infections virales, son principe, c’est puiser dans la pharmacopée déjà existante et « en exploiter les effets secondaires ». C’est ainsi et suivant ce principe que l’équipe de chercheurs s’est mise à rechercher des molécules existantes en mesure de combattre de manière efficace le Coronavirus et ce dès l’apparition du Covid-19.

Les chercheurs de ce laboratoire travaillent notamment avec une « chimiothèque » composée de près de 1500 principaux médicaments, couramment utilisés dans le monde contre d’autres pathologies mais qui pourraient avoir un effet sur le Coronavirus Covid-19. « L’idée est d’aller chercher – dans l’armoire à pharmacie en quelque sorte – les médicaments qui existent déjà sur le marché et de voir quel médicament pourra être utilisé pour traiter les infections provoquées par ce coronavirus, » explique Olivier Terrier, chercheur CNRS – Laboratoire VirPath.

Le laboratoire effectue aussi des tests avec le Covid-19 sur des cellules de notre système respiratoire, sur les cellules qui sont spécifiquement ciblées par le virus. « C’est dans ces cellules respiratoires que le virus va se répliquer et se disséminer dans tout l’appareil pulmonaire, » explique Manuel Rosa-Calatrava, Directeur recherche INSERM – Laboratoire Virpath.

Après six semaines de recherche, les scientifiques de VirPath ont identifié un médicament qui agit sur ces cellules respiratoires. En les stimulant, elles deviennent plus résistantes à l’invasion du Covid 19. L’efficacité pourrait être renforcée en associant le médicament à un traitement antiviral classique. « Nos résultats aujourd’hui nous permettent de proposer une combinaise de médicaments qu’on a repositionnés et qui ciblent la cellule avec l’antiviral classique Remdesivir, » explique Manuel Rosa-Calatrava, « cette combinaison semble donner des résultats avec un gain antiviral significatif. »

Il ajoute également : « On a travaillé sept jours sur sept et aujourd’hui on a identifié un médicament, déjà sur le marché, qui a une identification thérapeutique n’ayant rien avoir avec l’anti-infectieux, et on l’a repositionné contre le Covid-19. » Le Laboratoire VirPath a fait une demande aux autorités sanitaires françaises afin de pouvoir lancer rapidement un essai clinique pour les malades hospitalisés dans un état grave.

Un essai qui serait piloté à Lyon. Il s’agirait « d’évaluer une combinaison de notre médicament repositionné avec le Remdesivir, de l’évaluer chez des patients, qui sont en réanimation et qui ont besoin d’un traitement. » A qui s’adresserait ce traitement thérapeuthique ? « A des patients dont le pronostic vital est engagé, pour qui aucun traitement validé, d’un point de vue pré-clinique ou clinique, n’est disponible.» Le Directeur du Laboratoire VirPath, Manuel Rosa-Calatrava, a également indiqué que des recherches « beaucoup plus ambitieuses » sur les moyens thérapeutiques de lutter contre le Coronavirus Covid-19 se poursuivent; toujours avec cette stratégie de repositionnement de médicaments développée par VirPath.

Pour accélérer ces recherches, le laboratoire lyonnais, comme d’autres, a reçu des financements de l’Inserm. Il a indiqué que « localement à Lyon », l’équipe de scientifiques « a eu un soutien très important de l’Institut Mérieux et d’Alain Mérieux qui est venu au laboratoire soutenir l’équipe. »