Un dispositif doit être rapidement mis en place contre la prolifération du moustique tigre

L’été est là, et avec lui les moustiques qui investissent les habitations à la faveur du foisonnement des détritus dans nos villes. C’est aussi le retour du moustique tigre, dont la présence a été signalée dans certaines wilaya en mai dernier, et qui commence à se manifester par ses piqûres.
Si on parle d’absence de celui-ci l’année dernière, aucune déclaration n’ayant été faite au niveau des établissements de santé quant à des piqûres de ce moustique selon les autorités sanitaires, l’année 2018 a été la sienne. La situation était telle qu’un comité de suivi a été mis en place par le ministère de la santé en juillet de la même année.
Parmi les symptômes des piqûres du moustique tigre, un bouton plus large que la piqûre d’un moustique ordinaire, un gonflement et une rougeur. Le bouton peut s’infecter et on peut ressentir une forte douleur, en plus des démangeaisons et de l’inconfort que cela provoque. La prolifération du moustique tigre n’est pas à écarter au vu de la fange laissée chaque soir dans les déchetteries après l’enlèvement des immondices, d’où la nécessité pour les services communaux d’hygiène d’intervenir pour l’assainissement des lieux. Un dispositif de lutte contre cet insecte doit être adopté sans tarder afin d’empêcher sa prolifération, alors que les citoyens doivent impérativement contribuer à la salubrité de leur environnement.
Nous voyons dans quel état se trouvent les rues et ruelles, jusque dans l’enceinte des immeubles et des cages d’escaliers considérés comme ne faisant pas partie des habitations par les locataires et les propriétaires qui ne se soucient que de leur intérieur.
C’est cette mentalité qui a toujours nuit à notre milieu, la sensibilisation ne doit donc jamais cesser et il faut mettre le citoyen devant ses responsabilités. Ceci ne dédouane pas les autorités communales dont beaucoup sont démissionnaires, laissant les villes et villages à l’abandon. Il est en tout cas temps d’agir contre le pullulement du moustique tigre, avant que la situation ne devienne intenable avec la chaleur.
Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :