Troubles cérébraux, fibromyalgie, dépression, nocivité de l’amalgame au mercure

On règle un problème en en créant un autre. C’est le cas de certains soins dentaires, comme celui qui consiste à traiter une carie et à combler la cavité de la dent en question. Mais avec un amalgame contenant du mercure, matériau hautement dangereux pour la santé. Le plombage est effectué avec un alliage de métaux, un mélange de poussière d’argent, d’étain et de cuivre et une grosse goutte de mercure (elle représente 50 % du mélange).

A voir comment celui-ci est défini, on est en droit de se demander comment les dentistes ne rebutent pas à le loger dans la bouche de leurs patients. « Le mercure élémentaire et le méthyle mercure sont toxiques pour les systèmes nerveux central et périphérique » peut-on lire dans la définition qui poursuit : « L’inhalation de vapeurs de mercure peut avoir des effets nocifs sur les systèmes nerveux, digestif et immunitaire, et sur les poumons et les reins, et peut être fatale ».

Voilà, tout est dit. Il s’agit d’une catastrophe pour la santé du fait que l’amalgame incrusté dans une dent peut y passer de longues années et se corroder lentement, notamment avec la mastication au cours de laquelle il libère des vapeurs de mercure qui s’accumule dans le cerveau, les reins ou le foie.

Des scientifiques s’y sont intéressés ces dernières années, de nombreuses études ont établi un lien entre l’exposition au mercure et le développement de maladies neurologiques comme la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, des patients ayant vu leur état de santé s’améliorer après le retrait d’amalgames dentaires.

Sa présence dans la bouche peut engendrer de nombreuses maladies en particulier des troubles cérébraux graves. Dépression, insomnie, migraine, fibromyalgie, douleurs osseuses font également partie de la panoplie des maux causés par le mercure. De nombreux témoignages en font état.

Son caractère économique fait qu’il est favorisé par rapport au composite (résine ou céramique), plus cher mais plus sain. Des voix s’élèvent en Occident pour que cet alliage soit abandonné, il n’est d’ailleurs plus utilisé dans beaucoup de pays comme le Japon, la Russie, la Suède, l’Allemagne et la Norvège. Il est souhaitable qu’il le soit aussi chez nous et que la seule alternative reste le composite blanc.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :