Témoignage : la téléconsultation boostée par la pandémie

« À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles », cette période de crise sanitaire a été révélatrice. La téléconsultation pour le suivi des patients s’est avérée très utile. Du fait de l’épidémie de Covid-19, nombreux sont les médecins qui ont opté pour cette dernière, comme en témoigne un couple de médecins.

« La téléconsultation s’est avéré pratique car elle permet de diminuer les visites en présentiel, mais tout en gardant le contact avec les patients », nous dit Abderahmane Mohamed Guetteche, médecin anesthésiste au niveau de l’EPH Hamouda Omar à Oum El Bouaghi.

Pour son épouse Choubeila, maître assistante en réanimation médicale au CHU Ibn Badis de Constantine, la situation des services Covid-19 depuis le mois de mai, nécessitait une prise en charge des patients à travers des consultations à distance. « Par conscience professionnelle, je ne pouvais pas rester indifférente devant les patients atteints de COVID-19 et qui ne pouvaient pas être admis au CHU en raison du manque de place», nous confie-t-elle avant d’enchaîner: « des hôpitaux saturés, une propagation alarmante du virus et un personnel médical sous pression…cette situation était pour ainsi dire chaotique. Elle nous a poussés à prendre en charge plus de 100 patients atteints de Covid-19 par téléphone par mois. ».

« Nous étions disponibles 24/24h, les patients nous appelaient à tout moment, et il nous arrivait de recevoir des appels jusqu’à minuit » racontent le couple. Ajoutant que « le plus difficile dans cette expérience de téléconsultation en cette période de pandémie est de conseiller aux patients de rester à la maison ».

« Par manque de place, j’ai fait le suivi d’un malade âgé de 60 ans, sous chimiothérapie atteint de coronavirus avec une désaturation de 40%. Sous antibiotique, corticoïde, anticoagulant curatif et même sous oxygène à domicile, le suivi était quotidien par téléphone jusqu’à son rétablissement.», avoue notre interlocuteur.

Quel impact sur la vie privée du couple ?

Pendant cette épidémie, le corps médical a, pour rappel, payé un lourd tribut. Plusieurs médecins ont perdu la vie car ils ont choisi de continuer à exercer malgré les risques que cela entraînait et ils ont fini par le payer de leur vie.

D’autres, à moindre effet, ont vu leur vie de famille lourdement impactée. C’est le cas du couple Guetteche.

« Le plus difficile pour nous c’est de n’avoir pas pu voir nos enfants pendant 5 mois», déplorent Abderahmane et Choubeila avec beaucoup d’émotion.

Ils poursuivent: « Pour protéger nos deux enfants, une fille et un garçon âgés respectivement de 5 et 9 ans, nous avons décidé de les emmener chez leurs grands- parents. »

Il va sans dire que pour ces deux parents, avant tout, la séparation avec leurs deux enfants était difficile à vivre, mais leur engagement en tant que médecin par cette période d’épidémie nécessitait également la protection des enfants.

« Pendant plusieurs semaines, c’était stress, manque de sommeil et cauchemars. Pendant plus de cinq mois, nous n’avions plus de vie couple, ni de vie de famille, nous n’étions plus que des médecins qui suivaient au quotidien leurs patients et les orientaient par téléphone en cas de complication», racontent-ils encore.

Et de continuer: « Notre courage, on le puisait de nos patients comme Madjid. B, âgé de 84 ans et ancien combattant dans la guerre d’Algérie, un sujet très fragile avec une valve au cœur, mais un exemple de discipline. Il suivait nos conseils à la lettre et a réussi au final à combattre le virus. En 10 jours, il était en forme ». « Pour nous en tant que médecin, c’était une victoire. Et cette victoire nous aidait à tenir» conclut Dr Abderrahmen Guetteche.

De Constantine, Souheila BETINA

%d blogueurs aiment cette page :