fbpx

Table de l’iftar tunisienne : Chorba, brik, tadjine et riz djerbien à l’honneur

 

Chez les autres communautés musulmanes, la table de l’iftar est également garnie de plats traditionnels qui marquent la culture culinaire du pays.

Ainsi, chez nos voisins tunisiens, on retrouve sur la table ramadhanesque du lait, des dattes – tradition du Prophète Mohammed (QSSSL) répandue dans de nombreux pays musulmans y compris en Algérie -, du pain de campagne artisanal appelé « tabouna », fait à base de semoule fine et de farine, agrémenté de graines de sésame, de la chorba toujours à base de légumes, de viande, de tchicha (semoule d’orge) ou de langues d’oiseaux, pour un maximum de vitamines et de nutriments.

Ceci, sans oublier les fameux briks, fourrés de pomme de terre, persil, œuf entier, thon et fromage,  de quoi fournir à l’organisme des protéines, calcium, vitamines ainsi que des minéraux et oligo-éléments (sélénium et phosphore) apportés par le thon.

Le mermez à base d’oignons et de viande mijotée est également très plébiscité en ce mois sacré ainsi que le riz djerbien. Ce dernier plat fait à base de riz, de poulet, d’épinards, d’oignons, d’ail, de plantes aromatiques, d’épices et d’huile d’olive, le tout cuit à la vapeur constitue un repas sain et complet.

Il est pour l’organisme une bonne source d’énergie grâce aux glucides apportés par le riz, il est également riche en vitamines du groupe B, magnésium, fer et fibres.

Ce plat fournit également des protéines (poulet) et plein d’autres vitamines, fer et oligo-éléments. Le riz djerbien est un plat bénéfique pour le corps car gorgé d’antioxydants apportés par les épices utilisées à savoir (cumin, curcuma, coriandre et poivre) qui protègent contre les maladies cardio-vasculaires, de même qu’elles possèdent des propriétés anti inflammatoires, stabilisatrices de glycémie et anti bactériennes. La coriandre agirait également comme antidépresseur, le cumin est un excellent remède contre les bronchites surtout chez les asthmatiques et le cumin, un puissant anti-cancer.

Après le repas, les Tunisiens accompagnent le café ou le thé de toutes sortes de sucreries comme les bouza, crèmes à base de lait, de fécule de maïs et de fruits secs, les rouleaux feuilletés, gâteaux et beignets enrobés de miel, ainsi que les gâteaux à la farine de pois chiche ou de sorgho, très nourrissants.

Hassina A.

%d blogueurs aiment cette page :