fbpx

Table de l’iftar indienne : Riz et épices à toutes les sauces

La cuisine indienne est l’une des plus connues au monde mais surtout l’une des plus appréciées, en raison du mélange de saveurs par l’utilisation de toutes sortes d’épices dont la plupart possèdent de grandes vertus pour la santé (curcuma, curry, gingembre…)

Durant le mois de Ramadhan, certains mets plus que d’autres sont appréciés au moment du ftour, c’est le cas de ce potage appelé « Haleem ». Cette soupe à base de blé (vitamines du groupe B, source de vitamine E, fer, antioxydants, potassium, phosphore, magnésium, calcium,…), d’orge (fibres, glucides, calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium,…), de lentilles (protéines, fer, magnésium, potassium, calcium, phosphore, manganèse, vitamines du groupe B, fibres…) et de viande connaît plusieurs variantes, selon les régions mais elle demeure incontournable sur la table de l’iftar.

Le plat est savamment assaisonné avec du curcuma, du gingembre, du cumin, de la cannelle, des clous de girofle et de la cardamome, des épices aux bienfaits multiples (anti-oxydantes, anti-inflammatoires, antibactériennes, digestives, énergisantes, régulent la quantité de sucre dans le sang, renforcent l’immunité…)
Les samoussas Keema sont également très appréciées par les jeûneurs au moment de l’iftar. Ce sont des sortes de beignets farcis avec de la viande de mouton hachée savoureusement épicée notamment avec du garam masala, du gingembre, des piments et de la menthe. De même que les pakoras, une autre sorte de beignets à base d’un mélange de légumes. Parfois, le paneer (fromage indien), les fruits de mer, le poulet ou la viande, viennent remplacer les légumes.

D’autres mets sont encore servis durant ce mois de Ramadhan, comme les boulettes de lentilles trempées dans une sauce au yogourt assaisonnée d’épices et de piments, un plat simple mais très riche du point de vue nutritionnel grâce aux lentilles dont on a cité les apports plus haut mais aussi du yogourt, source de calcium et de probiotiques, qui contribuent à l’équilibre de la flore intestinale.

Le riz est l’autre ingrédient incontournable en Inde, à fortiori durant le mois de jeûne pour ses très nombreux apports (fibres, vitamines du groupe B, potassium, magnésium, phosphore, manganèse, sélénium…). Au riz s’ajoutent le nihari, ragoût de bœuf cuit avec de la moelle, le paratha, une sorte de pain farci,…etc
Pour le dessert, les Indiens dégustent en soirée le fameux doodh feni, un délicieux dessert à base de vermicelle (cheveux d’ange ou ktaief), sucre, lait et amandes. Un dessert énergisant, aux vertus multiples.

Hassina A.

%d blogueurs aiment cette page :