fbpx

Table de l’iftar en Égypte : Plats traditionnels et modernes avec beaucoup de fruits secs

 

A l’instar des autres musulmans, les Egyptiens rompent souvent le jeûne -tradition du prophète Mohamed (QSSSL) oblige- avec une datte et quelques gorgées de lait. Ensuite, une fois la prière du Maghreb accomplie, ils se retrouvent en famille autour de la table du ftour sur laquelle on retrouve des mets traditionnels mais aussi d’autres puisés dans le vaste répertoire de la cuisine moderne internationale.

Ainsi, l’un des plats incontournables en ce mois sacré : le « foul moudammass» qui n’est autre qu’un ragoût de fèves. Ce plat également consommé dans d’autres pays comme le Yémen, l’Irak, la Jordanie, le Liban ou même l’Algérie selon une préparation différente est un plat riche en folates (vitamine B9), indispensable au renouvellement cellulaire et au bon fonctionnement du système nerveux. La fève est également source de fer, de magnésium, de potassium, de polyphénols (manganèse, cuivre) et antioxydante. Elle fournit aussi une bonne dose de protéines, de glucides et de fibres.

Le poulet fatteh, plat aussi connu en Egypte qu’au Liban et dans d’autres pays du Moyen-Orient fait également partie des mets ramadhanesques égyptiens. C’est un plat savoureux, à base de volaille émiettée, bouillon, yaourt, servie avec du pain pita grillé et accompagné de riz basmati. Un mets qui apporte des protéines, du calcium, des fibres, des vitamines…etc

Aussi férus de fruits secs, les Egyptiens en consomment en jus, comme ce qu’ils appellent « Qamar Eddine » (également connu en Syrie), un remontant à base d’abricots secs. Inutile de rappeler les énormes bienfaits de ce fruit qui se trouve être une bonne source de vitamine A, bêta-carotène, potassium, fibres. Ce qui en fait un fruit énergisant mais surtout un bon allié pour la santé. « El Khochaf » est un autre plat traditionnel très prisé en ce mois sacré. C’est une sorte de salade à base de pruneaux, noix, amandes, raisins, dattes et autres fruits secs, auquel on ajoute du sucre et de l’eau de rose. Une salade pleine de bienfaits puisque riche en fibres, sels minéraux, oméga-3, …etc

Après le f’tour, en soirée, ils dégustent différentes sucreries comme «Oum Ali», un dessert composé de pâte feuilletée ou croissant, fruits secs (noix, amandes, noix de coco, pistaches) lait chaud, sucre et nappée de crème fouettée le tout cuit au four. Sans oublier les «katayef » ou « Atayef », sucrerie à base de pâte à crêpe farcie de crème de lait, pistache, noix ou les «konafa», une pâtisserie traditionnelle à base de cheveux d’ange, fromage, Smen (beurre clarifié) et pistaches ou noix…etc

Hassina A.