fbpx

Soulef : « La gynécologue m’a conseillé de ne pas jeûner pour préserver ma grossesse mais je ne peux pas manger »

 

Grossesse et anémie pendant le Ramadhan, cela ne peut pas se concilier sans problème, et la spécialiste en a averti Soulef afin qu’elle ne mette pas en danger sa santé et celle du bébé. « J’ai déjà deux enfants mais c’est la première fois que ma grossesse coïncide avec la période du jeûne. La première fois, j’ai eu un diabète et j’ai dû être hospitalisée pendant 17 jours, sous la surveillance de mon médecin traitant qui exerçait dans son cabinet et au sein de l’hôpital Mustapha Bacha. La deuxième grossesse s’est passée sans problème, mais cette fois-ci les résultats de la FNS – lorsque j’ai fait des analyses de sang – ont révélé que j’ai une anémie, qui n’est toutefois pas sévère ».

L’idéal pour sa santé et pour celle du bébé qu’elle porte est quelle s’alimente tout au long de ce mois, comme le lui a conseillé la spécialiste. « Cela ne sera pas facile de récupérer les jours non jeunés, mais je dois m’y conformer à mon corps défendant », souligne-t-elle tout en ajoutant : « Elle m’a déclaré que le jeûne pourrait nous nuire tous les deux et elle m’a recommandé de me nourrir. Je mange sans me gaver, je prends généralement des fruits. Elle m’a également conseillé un complément alimentaire (Vitaglobin) riche en vitamines de type B, en fer et en zinc », affirme-t-elle.

Soulef fait remarquer qu’elle ne mange bien que le soir. « Je prends du lait à raison de deux verres pendant la journée, et je prends aussi de l’eau, et au moment de l’Iftar, mon repas est équilibré et je grignote pendant la soirée».

Propos recueillis par Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :