fbpx

Selon une étude chinoise : Trois marqueurs biologiques rendent le Coronavirus plus dangereux.

 

Une récente étude chinoise a révélé, après avoir étudié 375 cas (201 guéris et 174 décédés) que grâce à certaines « analyses très simples à effectuer dans tous les hôpitaux », on peut « identifier dès leur prise en charge les patients les plus susceptibles de succomber du Covid-19, pour les traiter en priorité ».

Les scientifiques chinois ont, en effet, remarqué chez les premiers patients identifiés à Wuhan, au mois de février dernier, que la réunion de trois marqueurs biologiques présentait, dans 90% des cas, un risque élevé pour le patient atteint de Covid-19.

Il s’agit d’une présence importante de LDH, une enzyme que l’on retrouve dans une grande diversité d’organismes et presque dans toutes les cellules du corps humain. Ce taux élevé implique une dégradation des tissus associée à plusieurs maladies dont la pneumonie. Le deuxième marqueur, c’est un niveau trop bas de globules blancs lymphocytes, ce qui veut dire que le corps n’arrive plus à combattre les virus et, le troisième marqueur, c’est une forte quantité de protéine C-réactive, marqueur de l’inflammation, ce qui suppose la présence d’un état inflammatoire.

Cette étude chinoise est une découverte importante dans le sens où elle permet une meilleure prise en charge des malades surtout « dans les hôpitaux surchargés », tel que le notent les chercheurs dans leur étude, ajoutant que « ce simple modèle peut aider à prioriser rapidement les patients, particulièrement pendant une phase de pandémie dans laquelle des ressources hospitalières limitées doivent être réparties ».

Synthèse Kamir B.

%d blogueurs aiment cette page :