Selon des scientifiques : La manière de respirer peut améliorer notre capacité d’attention et notre santé cérébrale

La respiration est un moyen pour booster le cerveau. C’est en tout cas une conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs irlandais. Selon ces scientifiques, les personnes pratiquant des exercices de respiration liés au yoga ou à la méditation pendant plusieurs années arrivent à mieux faire fonctionner leur cerveau, et ont réussi à trouver l’origine scientifique de ce lien bénéfique.

Les fonctions cognitives, à savoir la mémoire, le langage, le raisonnement et l’apprentissage peuvent décliner avec l’âge. Pour préserver la mémoire, il est conseillé d’avoir une bonne hygiène de vie et de pratiquer des activités la stimulant (lecture, musique…). Mais, les pratiques de respiration semblent avoir de nombreux avantages cognitifs connus, comme une capacité accrue à se concentrer, des émotions plus positives et une réactivité émotionnelle réduite.

Les chercheurs du Trinity College de Dublin estiment qu’«à ce jour, cependant, aucun lien neurophysiologique direct entre la respiration et la cognition n’a été suggéré ». Leurs travaux montrent pour la première fois que la respiration affecte directement les niveaux d’un messager chimique naturel présent dans le cerveau, une hormone appelée noradrénaline. Ce messager chimique est libéré lorsque le cerveau est dans certains états : stimulé, concentré ou éveillé émotionnellement.

« S’il est produit au bon niveau, il aide le cerveau à développer de nouvelles connexions, comme un engrais cérébral. La façon dont nous respirons, en d’autres termes, affecte directement la chimie de notre cerveau d’une manière qui peut améliorer notre capacité d’attention et améliorer notre santé cérébrale », expliquent-ils.

« Lorsque vous respirez, l’activité de locus coeruleus augmente légèrement et lorsque vous expirez, elle diminue, ce qui signifie que l’attention est influencée par le souffle et qu’elle augmente et diminue avec le cycle de la respiration. Il est possible qu’en se concentrant et en régulant la respiration, cela optimise le niveau d’attention et, de même, en se concentrant sur son niveau d’attention, la respiration deviendra plus synchronisée », souligne le Pr Michael Melnychuk, principal auteur de l’étude. « Cela fournit une raison de plus pour que chacun améliore la santé de son cerveau en utilisant une gamme d’activités allant de l’exercice aérobic à la méditation de pleine conscience. », conclut-il.

Thinhinane.B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :