Sclérose en plaque : 1 200 nouveaux cas sont enregistrés annuellement en Algérie

Maladie chronique qui touche principalement l’adulte jeune, la sclérose en plaques ou SEP est une maladie inflammatoire qui attaque le système nerveux central en particulier le cerveau, les nerfs optiques et la moelle épinière.

En Algérie, 1 200 nouveaux cas sont enregistrés annuellement et actuellement plus de 15 000 personnes en souffrent.

Selon les spécialistes, 3 à 10 % des patients atteints de sclérose en plaques ont moins de 18 ans, et moins de 1 % ont moins de 10 ans.

Comme chez les adultes, la maladie est causée par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, d’où l’importance d’un diagnostic précoce de la maladie et de la mise en place d’un traitement de fond pour justement retarder le handicap.

Décrété pour la première fois en 1868 par le neurologue français Jean Martin Charcot, la SEP se manifeste par des symptômes très variables à savoir l’engourdissement d’un membre, troubles de la vision, sensations de décharge électrique dans un membre ou dans le dos, troubles des mouvements, etc.

Le plus souvent, la sclérose en plaques évolue par poussées, au cours desquelles les symptômes réapparaissent ou de nouveaux symptômes surviennent. Au bout de quelques années, les poussées laissent des séquelles qui peuvent devenir très invalidantes.

Selon les neurologues, la maladie se caractérise par des réactions d’inflammation qui entraînent par endroits la destruction de la myéline (démyélinisation). Le système immunitaire des personnes atteintes détruirait la myéline en la considérant comme étrangère au corps. Ainsi, à certains endroits du système nerveux, les influx sont plus lents ou complètement bloqués, ce qui provoque les différents symptômes.

Les spécialistes expliquent que dans les cas de démyélinisation répétée et prolongée, les neurones peuvent être détruits définitivement. Cela cause alors une incapacité permanente.

 

Tinihinane. B

 

%d blogueurs aiment cette page :