Santé mentale des enfants : La prise en charge laisse à désirer

La déléguée nationale, présidente de l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE), Meriem Cherfi a fait état, hier mardi à Alger, de l’installation, en janvier dernier, d’une commission thématique pour parfaire la prise en charge de la santé mentale des enfants.

En marge d’une visite au service des troubles mentaux des enfants et des adolescents à l’hôpital psychiatrique Mahfoud Boucebsi (Chéraga), Mme Chorfi a précisé que son instance avait installé, en janvier dernier, une commission thématique composée de médecins, de spécialistes et d’experts, et chargé de développer des actions liées à la santé des enfants, et plus particulièrement la santé mentale et les troubles de l’autisme.

Les autres commissions thématiques, prévues par les dispositions de la loi numéro 15-12 du 15 juillet 2015 relative à la protection de l’enfant, à l’instar de celle de l’éducation, des affaires juridiques, des droits de l’enfant et de la société civile.

A cette occasion, la présidente de l’ONPPE a expliqué que la commission de la santé mentale des enfants s’attelait, en coordination avec l’Organe, à l’élaboration d’un programme de sensibilisation sur les troubles de l’autisme, notamment en direction des familles.

De son côté, le chef de service de pédopsychiatrie à l’hôpital psychiatrique de Cheraga, Pr. Madjid Tabti a insisté sur l’importance du « diagnostic précoce » de l’autisme chez l’enfant en vue d’une meilleure prise en charge et d’une insertion sociale réussie. Il a souligné la nécessité de garantir la formation en matière de troubles mentaux des enfants et des adolescents.

A titre indicatif, quelques 80.000 enfants autistes recensés en Algérie par le ministère de la Santé. Il est indiqué que plus de 4000 ont été pris en charge durant l’année 2018 par les six centres spécialisés implantés à Alger, Oran, Blida, Annaba et Constantine. Ce qui reste faible par rapport à la population enfantine atteinte d’autisme. Cet échantillon renseigne sur les progrès qui restent à faire pour assurer une prise en charge correcte de la santé enfantine en Algérie.

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :