Le hadj est une épreuve à la fois physique et mentale qui nécessite une certaine aptitude. Mais
les hadjis étant souvent âgés et trainant plusieurs pathologies, l’accomplissement de ce pilier
de l’islam n’est jamais chose simple.
En effet et selon les médecins spécialistes, les hadjis sont confrontés durant le pèlerinage à
des maladies qui peuvent être classées comme suit :
-Les décompensations des maladies chroniques (diabète, hypertension, problèmes
cardiaques…), dues à la chaleur, l’humidité, la pollution, la fatigue, le stress, les changements
divers…etc
-Les maladies du voyageur qui sont des affections aigües se manifestant par des problèmes
digestifs (constipation, diarrhée) occasionnés par les changements alimentaires, rhume,
bronchite favorisés par l’air conditionné, la circulation des virus et germes, en raison de la
promiscuité à l’hôtel ou à la mosquée…
-Enfin, les maladies qui vont se déclarer pour la première fois et pour lesquelles le hadji est le
moins préparé ou protégé comme le diabète, les problèmes cardio-vasculaires et même les
maladies psychiatriques. En l’absence de signes avant-coureurs, le pèlerin est souvent pris au
dépourvu à la survenue du malaise, d’où le rôle important joué par la mission médicale,
accompagnant les pèlerins lors du hadj et qui, dotée de moyens humains et logistiques, peut
parer à toute éventualité.
Alyssa B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :