fbpx

Samir : « Notre collègue est décédé d’un AVC après avoir arrêté son traitement contre l’hypertension »

 

« Il y a des personnes souffrant de maladies chroniques qui délaissent leur traitement ou le prennent de façon irrégulière. Ces malades ne savent pas qu’ils mettent leur vie en danger, notre collègue Nasser était de de ceux-là ». Samir se souvient de ce collègue jovial et aimant la vie mais qui était finalement entrain de creuser sa propre tombe avec l’abandon de son traitement comme il l’affirme.

« Nasser avait une forte corpulence et il avait du mal à parcourir même une petite distance. Mais nous ignorions qu’il était hypertendu. Il ne cachait pas qu’il était un gros mangeur. Il avait ses habitudes, il allait à midi sonnante s’attabler dans les fast-foods avoisinants ou pour ramener des boîtes de nourriture auxquelles il n’avait, en principe, pas droit ».

Un matin, Nasser était absent contrairement à ses habitudes, c’est-à-dire celui qui arrivait le premier. Ses collègues n’ont pas tardé à apprendre qu’il a été victime d’un AVC la veille, quelques heures après son retour chez lui. « Son épouse nous a fait savoir qu’elle avait remarqué que sa bouche pendait d’un côté, que cela l’avait inquiétée mais qu’il lui avait répondu qu’il était seulement fatigué. Elle nous a appris justement qu’il était hypertendu mais qu’il avait arrêté son traitement depuis un certain temps sous prétexte qu’il allait bien et qu’il n’en avait pas besoin », déplore son collègue Samir.

Propos recueillis par Nadia Rechoud