fbpx

Risque de diabète de type 2 : La forte consommation de thé vert mise à l’index

Le thé vert est une plante vertueuse pour la santé, efficace contre plus de 60 maladies. Les vertus du thé sont battus en brèche par une récente étude internationale qui a permis de découvert que la consommation de thé vert était associée à un risque croissant de diabète de type 2 chez les adultes chinois.

L’étude chinoise qui a concerné un total de 119.373 participants. Dans cette étude, aucun des participants n’était atteint de diabète au début de leur inscription. Des détails concernant la consommation de thé, dont les types et la quantité, étaient présents dans l’étude.

Des chercheurs de l’Université Fudan, de l’Université Vanderbilt aux Etats-Unis et d’autres institutions de recherche ont indiqué que, tant les participants féminins que les participants masculins, avaient un risque croissant de diabète de type 2 en consommant plus de thé vert.

Selon les chercheurs, ce lien positif et une relation dose-effet entre le thé vert consommé et le risque de diabète de type 2 ne varient pas avec l’obésité ni le tabagisme. Leur découverte a été publiée dans le Journal international de l’épidémiologie.

Les chercheurs ont appelé à davantage d’études sur le mécanisme mettant en évidence ce lien, suggérant que les résidus de pesticides dans les feuilles de thé pourraient jouer un rôle dans ce processus.

Le thé vert est de tout temps considéré comme une boisson bonne pour la santé. Cependant, ces découvertes scientifiques troublantes établissent un lien entre le thé vert et le risque de diabète de type 2.

En 2013, il a été annoncé que l’épigallocatéchine 3 gallate (EGCG), un composant du thé vert, peut jouer un rôle important dans la réduction des pics de glycémie.

Des scientifiques avaient montré à l’époque que l’absorption de cette molécule (équivalente à la quantité que l’on trouve dans une tasse et demie de thé vert) consommée en même temps que des aliments riches en amidon, réduit le pic de glycémie qui se produit après le repas.

La réduction la plus forte (de l’ordre de 50%) est obtenue quand l’EGCG est absorbée avec de l’amidon de maïs.

Tinhinane B.