fbpx

Reprise partielle des vols internationaux : Le gouvernement livre les conditions de voyage

 

Le gouvernement a livré, aujourd’hui lundi, les détails concernant la reprise du trafic aérien qui sera repris le 1er juin prochain,  à partir et vers l’Algérie . Dans un communiqué rendu public, le premier ministère précise que la réouverture partielle des frontières aériennes concernera , dans un premier temps,  la France, la Turquie et l’Espagne pour l’Europe et la Tunisie pour l’Afrique.

Selon la même source, la compagnie aérienne nationale, Air Algérie, devra assurer six vols hebdomadaires à compter du 1er juin prochain.

Ces derniers sont répartis ainsi : trois (03) vols hebdomadaires de et vers la France, à raison de deux (02) vols de/vers Paris et un (01) vol de/vers Marseille, tandis que la Turquie (Istanbul), l’Espagne (Barcelone) et la Tunisie (Tunis) bénéficieront d’un vol aller-retour pour chacun.

Selon la même source, « dans un premier temps, seuls les aéroports d’Alger, d’Oran et de Constantine sont autorisés à accueillir les passagers à l’arrivée ou en partance de ces destinations ».

«Ces mesures ont été arrêtées lundi par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et l’autorité sanitaire », souligne le communiqué.

Mais les voyageurs doivent respecter des conditions draconiennes pour pouvoir voyager. Ils doivent être dabord détenteur du « résultat négatif d’un test RT-PCR datant de moins de 36 heures avant la date du voyage », et « d’un billet valide ».

Ils sont aussi tenus de présenter la fiche sanitaire dument renseignée et s’acquitter préalablement des frais inhérents au confinement sanitaire obligatoire auquel doit se soumettre chaque passager à l’arrivée sur le territoire national ainsi que les frais du test de dépistage du COVID-19, prévus par les autorités sanitaires.

Les frais de séjour dans les sites d’hébergement, rappelle la même source, « sont à la charge exclusive du passager ». Ces conditions, ajoute la même source, « doivent être impérativement réunies avant l’embarquement ».

A son arrivée sur le territoire national, le voyageur doit présenter un test RT-PCR de moins de 36 heures. Le passager devra se soumettre à un confinement sanitaire obligatoire d’une période de cinq (5) jours au niveau d’un des établissements hôteliers prévus à cet effet, avec un contrôle médical permanent, et l’application d’un test de dépistage du COVID-19 à la fin du confinement.

« La levée du confinement se fera au 5éme jour à la suite d’un test de dépistage du COVID-19 négatif. En cas de résultat positif, le confinement est reconduit pour une période supplémentaire de cinq (5) jours », précise la même source.

S’agissant des conditions de confinement, une liste des établissements hôteliers, offrant toutes les conditions requises pour le confinement des passagers, est arrêtée conjointement entre les secteurs de l’Intérieur, du Tourisme et de la santé.

Pour ce qui est des modalités de sortie du territoire national, les passagers demeurent soumis aux seules conditions édictées par les autorités des pays d’accueil pour leur entrée sur leurs territoires.

Meriem Azoune

%d blogueurs aiment cette page :