fbpx

Relâchement quant aux mesures préventives de la part des citoyens et progression inquiétante du nouveau Coronavirus

On a oublié l’existence du Covid-19 et sa grande nocivité, on voit que la vie a repris son cours sans que l’on tienne compte des mesures nécessaires pour prévenir toute contamination. Le résultat est là. Une progression inquiétante du virus, des chiffres en hausse, des hôpitaux saturés et ce qui ajoute à l’inquiétude de ceux qui en sont conscients et de la corporation médicale, un personnel de santé arrivé à l’épuisement après 4 mois de lutte dans leurs services. Il est vrai que la déprime s’était emparé de la population en raison du couvre-feu qui, au début de l’épidémie dans notre pays, obligeait les citoyens à rentrer chez eux en plein jour et leur « fermait » la rue, cet espace de convivialité. Mais est-ce que l’angoisse suscitée par le couvre-feu justifie ce relâchement par nos concitoyens ? Est-ce que le réaménagement de celui-ci (couvre-feu) et la réouverture des commerces permettent d’oublier qu’il y a toujours un danger ? N’est-il pas plus judicieux de suivre le cours de notre existence tout en adoptant des mesures de sécurité, comme le port systématique d’un masque dès que l’on sort de chez soi, et comme la distanciation sociale (ou physique) au lieu d’avantager l’étroite promiscuité ? Au lieu d’adopter une nouvelle mentalité et de nouvelles pratiques qui nous permettraient de nous protéger et de nous empêcher de propager le virus au sein de nos familles et de notre entourage, nous faisons le contraire. Des regroupements du matin au soir, et des rassemblements autour de tout ce qui se vend, voilà à quoi nous assistons. Les marchés sont investis avec toute la proximité que cela induit, et il faut souligner qu’on a baissé la garde au niveau de certaines supérettes où tous les clients entrent en même temps. Récemment rouverts, les fast-foods, parmi les lieux les plus fréquentés, sont en principe tenus d’observer certaines mesures, mais on remarque que ce n’est pas toujours le cas. Nous avons constaté que seul le passage des équipes de contrôle (des services de sécurité) ramène ces commerçants à plus de rigueur, mais pas pour longtemps. Ici on sert des clients sans bavettes, là on leur permet de consommer sur place même debout, on les laisse s’agglutiner devant le comptoir, comme si on a peur de perdre des clients si on leur fait remarquer qu’ils doivent respecter des mesures de sécurité. Nous devons toutefois relever le sérieux d’autres commerçants qui, depuis le début de la pandémie ou depuis la réouverture de leurs locaux, tiennent à respecter les mesures préventives. Tout n’est pas noir. Mais tout n’est pas rose aussi. Les équipes en charge de soigner les patients du Covid-19 sont épuisées, beaucoup de décès ont été enregistrés au sein du personnel de santé.
Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :