Psoriasis : Une maladie difficile à vivre

Maladie inflammatoire chronique de la peau, le psoriasis touche environ 1 personne sur 50. Bien il ne soit pas contagieux, le psoriasis est très difficile à vivre pour les malades qui en sont atteints, souvent à cause du regard des autres.
Cette maladie de la peau se caractérise par un renouvellement anormalement rapide des cellules de la peau. Évoluant par poussées, le psoriasis se localise généralement sur les coudes, les genoux et le cuir chevelu mais il peut aussi toucher toutes les autres parties du corps (paumes des mains, voutes plantaires, dos, poitrine, visage, jambes, parties génitales…). Cela n’est pas sans conséquences sur la vie sociale et psychologique des malades qui, souvent, s’isolent pour éviter le regard blessant des autres.
Si beaucoup de personnes confondent eczéma et psoriasis, il faut savoir que le psoriasis se manifeste par des plaques rouges épaisses plus ou moins étendues, recouvertes de peaux mortes blanches, appelées squames. Ces plaques provoquent des démangeaisons allant de modérées à intenses.
Évoluant par poussées, la maladie offre au malade des périodes de rémission ou d’accalmie durant lesquelles les plaques s’atténuent ou disparaissent mais elles ne sont jamais de longue durée car, la maladie revient au moindre stress, déprime ou coup de fatigue.
Touchant autant les hommes que les femmes, cette maladie plus répandue chez les personnes de peau blanche débute parfois vers l’adolescence ou autour de la vingtaine.
Si le psoriasis n’est pas considéré comme dangereux, il n’en demeure pas moins que certaines maladies lui sont associées comme les rhumatismes inflammatoires, certaines maladies du tube digestif comme le Crohn ou la rectocolite hémorragique, certaines inflammations de la thyroïde…etc
On a également noté une prévalence du diabète de type 2 et des troubles cardiovasculaires (infarctus) chez les personnes souffrant de psoriasis.
Concernant le traitement, il n’existe, actuellement, pas de traitement qui guérisse définitivement de cette maladie auto-immune. Ceux qui sont prescrits par les dermatologues reposent essentiellement sur des dermocorticoïdes, kératolytiques, analogues de la vitamine D et, parfois, des traitements oraux ou en injection comme les immunodépresseurs pour les cas les plus graves.

Hassina Amrouni

%d blogueurs aiment cette page :