fbpx

Professeur Madjid Tabti : « On devrait reporter la circoncision des enfants en raison du Covid-19 »

 La tradition veut que le 27ème jour de Ramadhan soit une occasion pour la circoncision des enfants chez bon nombre de familles algériennes et que ce soit une opportunité pour célébrer cet évènement. Mais la situation sanitaire ne s’y prête pas cette année et les citoyens doivent le comprendre. Pour le Professeur Madjid Tabti, chef de service de pédopsychiatrie à l’EHS de psychiatrie Mahfoud Boucebci à Cheraga, le problème réside moins dans l’acte de circoncision lui-même que dans le rassemblement des proches pour faire la fête.

« A mon avis, on devrait reporter la circoncision des enfants cette année, parce que même si elle se fera dans les normes dans un hôpital comme le recommande le ministère de la Santé, le problème n’est pas dans la circoncision, mais dans la célébration qui suit au sein des familles. L’Algérie est vaste, ce n’est pas seulement Alger, et beaucoup parmi les leurs vont venir leur présenter leur vœux et assister aux réjouissances. Cela ne peut donc pas être en accord avec le confinement ».

Si les parents tiennent quand même à accomplir ce geste religieux en ces derniers jours de Ramadhan, ils devraient le faire dans la discrétion et éviter les invitations pour s’en tenir au cercle familial restreint, estime Professeur Tabti. « Personnellement, je préfère le report et ainsi il y aura de la joie sans le Covid-19 » conclue-t-il.

 

Rachida Merkouche