Production d’une pilule qui divise en deux le risque d’hospitalisation et de décès des patients Covid-19

Le laboratoire américain Merck a produit une pilule qui, selon un essai clinique, réduit par deux les risques d’hospitalisation et de décès des patients atteints du Covid-19. Il prévoit de demander sous peu à l’agence des médicaments aux Etats-Unis son feu vert pour sa commercialisation.

Ce médicament serait le premier produit de ce type à être mis sur le marché pour traiter le Covid-19, si l’agance américaine lui délivre l’autorisation. Et les spécialistes s’accordent à dire que cela représenterait une avancée majeure dans la lutte contre la pandémie. Un professeur spécialisé dans les maladies infectieuses émergentes à l’université d’Oxford, a même déclaré aux médias qu' »un antiviral oral sûr, abordable et efficace serait un énorme progrès dans la lutte contre le Covid ».

Merck assure que les résultats de l’essai clinique sont positifs. Selon ce laboratoire, l’essai a été mené sur 775 personnes,ayant reçu le traitement dans les cinq jours après les premiers symptômes. Ils s’en sortis avec des cas légers à modérés de Covid-19 et au moins un facteur de risque aggravant.

Le taux d’hospitalisation ou de décès chez les patients ayant reçu le médicament a été de 7,3%, contre 14,1% chez ceux ayant eu un placebo. Aucun décès n’a été constaté chez les personnes traitées avec le médicaments, contre 8 dans le deuxième groupe.

Plusieurs experts ont souligné l’importance de voir l’ensemble des données cliniques et insisté sur le fait que ce genre de traitement serait à prendre en complément du vaccin.

Meriem Azoune