Prochaine épidémie mondiale : Attention à la maladie du soda !!!

La maladie du soda a tendance à se généraliser dans notre société portée sur la consommation. Cette pathologie devient un véritable problème de santé publique ailleurs. En France, 1 adulte sur 5 en est atteint. Qu’en est-il chez nous ?

La maladie du foie gras ou du soda, la NASH, « va devenir la prochaine épidémie mondiale », prédisaient en 2016 des chercheurs de l’université Howard.  « Maladie du siècle », « prochaine épidémie mondiale » : la stéatose hépatique non alcoolique, parfois appelée maladie du foie gras ou du soda, reste trop peu connue, affirment les promoteurs d’une première « Journée internationale de la NASH » qui se tient depuis aujourd’hui mardi 12 juin à Paris, en France. Il s’agit d’un congrès européen durant lequel les professionnels de santé lancent l’alerte sur la méconnue maladie du soda.

NASH ou Non Alcoholic Steato Hepatitis (en français « stéatose hépatique non alcoolique »), c’est le nom médical de la maladie du soda. Cette pathologie désigne une inflammation du foie due à une alimentation trop riche développant un excès de sucre et de graisse sur cet organe. Le manque d’activité physique serait également un facteur déterminant.

Les symptômes de cette maladie ne sont pas visibles et la maladie se développe sans douleurs. Selon le docteur Lannes, dans les colonnes du journal français Le Parisien, cette maladie « se transmet par notre verre ou notre assiette ».

A l’échelle de la planète sa progression est inexorable aujourd’hui car les gens mangent de plus en plus gras, de plus en plus sucré, et sont de plus en plus sédentaires.

Il n’y a pas de symptômes à cette maladie, juste des facteurs de risque, qui doivent inciter à se faire dépister, après 40 ans, à savoir : surpoids, diabète, hypertension, cholestérol trop élevé. Il est établi que 10% des malades présentant un foie gras vont évoluer vers la NASH.

En Algérie, on n’a aucune estimation ni statistique sur cette pathologie qui nécessite dans ses développements extrêmes des greffes de foie. Force est de constater que la propension à manger gras et à arroser ses plats avec des boissons gazeuses durant le ramadan sont autant de facteurs aggravants pour les personnes déjà sujettes aux symptômes liés à cette maladie.

Les professionnels de la Santé espèrent avoir une proposition de médicament d’ici deux à trois ans.

 

Tinhinane B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :