Prescrits  contre le coronavirus: Les anticoagulants disponibles grâce à la production nationale

 

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed a affirmé que le secteur de la santé avait dépassé, grâce à la production nationale, les ruptures de médicaments anticoagulants enregistrées, qui font d’ailleurs partie du protocole thérapeutique contre le coronavirus.

«la production nationale a beaucoup contribué à la mise à disponibilité des anticoagulants, très demandés car prescrits dans le protocole thérapeutique contre le coronavirus, ce qui a multiplié de cinq fois leur utilisation », relevant qu’il « n’est pas possible de compter seulement sur les quantités importées de ce produit très demandé à l’échelle mondiale du fait de la conjoncture sanitaire », a fait savoir le Dr Benbahmed.

A ce propos, le ministre a rassuré les citoyens quant à « la disponibilité de ces médicaments au niveau des agences pharmaceutiques et établissements hospitaliers en quantités suffisantes dans le futur », faisant état de « la mise à disponibilité, sous peu, de 300.000 boites de Lovenox au niveau du Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques (LNCPP) ».
Cette quantité vient s’ajouter à « un million de boites, dont le labo Sanofi Algérie en a importé une partie au courant de cette semaine, en attendant de mettre le reste sur le marché national début janvier 2021 », a-t-il poursuivi.
Mettant en garde contre l’utilisation hors prescription médicale des anticoagulants qui entrent dans le protocole thérapeutique de la Covid-19 avec d’autres médicaments, le ministre de l’Industrie pharmaceutique a expliqué qu’une utilisation anarchique de ces médicaments pouvait provoquer une obstruction des artères, une hémorragie et des dysfonctions plaquettaires.

Tinhinane B

 

%d blogueurs aiment cette page :