Pr Sid Ahmed Ould Arbi : « Quelques 400 malades attendent une prise en charge sur le plan chirurgical »

« Nous recevons des appels incessants, des cris d’alarmes voire des SOS de nos malades nous disant leurs souffrances. Il y a des malades atteints de cancer (…).Pour aider ces malades pour lesquels nous sommes là, pour les soulager, pour les traiter, nous demandons la réouverture de nos plateaux techniques pour une reprise des plus urgentes car elle s’impose au vu de la souffrance de nos malades. J’aimerai que ce message arrive non seulement aux responsables locaux mais aussi au niveau de notre ministère de tutelle pour nous aider à reprendre rapidement notre activité ». C’est le cri du cœur du Pr Sid Ahmed Ould Arbi, chef de service urologie de l’hôpital de transplantation d’organe et de tissus (TOT) de Blida, exprimé lors d’une entrevue avec Esseha.com.

Le Pr Ould Arbi qui a reconnu que l’urgence était la prise en charge des malades atteints de Covid-19 dès l’apparition de la pandémie à Blida d’autant que « les structures d’accueil de la wilaya ont été dépassées par le nombre important de malades porteurs du virus », estime qu’aujourd’hui, il est urgent de relancer l’activité car il y a des patients en souffrance et surtout une liste d’« environ 400 malades qui attendent une prise en charge sur le plan chirurgical ».

Structure à caractère national, l’hôpital de transplantation d’organe et de tissus (TOT) de Blida draine des malades de toute la wilaya de Blida mais aussi de Tipaza, Ain Defla, Médéa, Chlef, Laghouat…L’établissement hospitalier qui compte plusieurs services à savoir urologie, néphrologie, chirurgie vasculaire et chirurgie générale « qui s’intéresse à la chirurgie générale oncologique et qui a pour objectif de s’intéresser à la greffe hépatique » prend en charge quotidiennement des centaines de malades. Concernant l’activité urologique qui a commencé en 2017, le Pr Ould Arbi fait savoir que le service propose « une consultation très étoffée (environ 80 malades par jour), regroupant toutes les spécialités, y compris les cancers du rein, de prostate, de vessie » et d’ajouter « nous disposons aussi d’un plateau technique très développé pour traiter des lithiases. Nous avons acquis un lithotripteur de dernière génération qui nous permet de traiter en moyenne quatre malades par jour, ce qui est un soulagement pour les patients. Nous prenons également en charge les patients présentant une insuffisance rénale, surtout sur le volet chirurgical, le volet médical étant pris en charge par nos confères néphrologues. Mais notre activité principale, c’est la greffe rénale », a-t-il tenu à préciser.

Il espère donc que son appel soit entendu et que le malade trouve l’aide dont il a besoin et qu’il a toujours trouvée au sein des différents services de l’hôpital de transplantation d’organe et de tissus (TOT) de Blida.

S’adressant aux « malades qui souffrent », le Pr Ould Arbi leur demandera de « patienter un peu le temps de désinfecter et d’arranger nos services et d’installer nos plateaux techniques pour leur ouverture dans les plus brefs délais ». Enfin, il lancera un dernier appel, cette fois, à  la population « pour respecter les mesures de confinement et appliquer les mesures qui nous protègent à savoir le port de bavette que ce soit pour les malades touchés par le virus ou les autres pour prévenir cette maladie », a-t-il noté.

Hassina Amrouni

%d blogueurs aiment cette page :