Pr Rachid Belhadj : “ Au CHU Mustapha, nous avons atteint le nombre 400 personnes contaminées déclarées au sein de notre personnel”

 

Face à la hausse des cas de contamination à la Covid-19, le Pr Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapha à Alger, a lancé un appel à travers Esseha.com (la vidéo est visible sur notre page Facebook) afin de sensibiliser la population sur le danger réel qui menace notre santé.

Entrant directement dans le vif du sujet, le Pr Belhadj explique que : « Nous sommes en face d’un début de 2e vague qui est un peu plus élevée que celle de juillet et août dernier par le nombre ».

Selon lui, il s’agit notamment de « contaminations dans le milieu familial qui est avéré et il y a aussi la contamination en nombre élevé dans le milieu professionnel où presque la plupart des secteurs publics et privés sont touchés ».

Se voulant, cependant, quelque peu rassurant, il indiquera qu’« heureusement, et cela est important de le signaler, ce ne sont pas des formes graves, néanmoins, il y a un problème avec les personnes âgées qui, depuis le début de cette pandémie, sont dans une situation dramatique ».

Tout en assurant « mettre tous les moyens nécessaires qu’ils soient humains ou matériels pour prendre en charge ces malades », le Pr Belhadj déplorera, néanmoins, la « tension terrible concernant les lits de réanimation au CHU Mustapha » et d’ajouter « nous essayons de prendre en charge nos patients même sans sectorisation. Pour nous, lorsqu’un malade arrive en détresse, nous essayons de faire le maximum pour le prendre en charge ».

« Au CHU Mustapha, nous avons atteint le nombre 400 personnes contaminées déclarées au sein de notre personnel entre professeurs, médecins,… moi-même j’ai été contaminé, j’ai été en convalescence pendant 15 jours. Dieu merci nous sommes toujours-là, à travailler et à assurer notre mission ».

S’arrêtant sur le nombre de malades atteints de Covid-19 admis au sein du CHU Mustapha, le Pr Belhadj fera savoir qu’« entre hier et aujourd’hui (mardi et mercredi, ndlr), nous avons atteint les 160 cas » mais bien que la plupart des lits en réanimation soient pleins « nous sommes en train d’essayer d’ouvrir d’autres services au détriment d’autres spécialités mais nous avons l’obligation aussi de continuer à prendre en charge les urgences chirurgicales, le cancer, la femme enceinte,… La tâche est lourde, alors aidez-nous, nous comptons sur vous ».

Kamir B

 

%d blogueurs aiment cette page :