Pr Ourida Gacem, rhumato-pédiatre à l’hôpital de Birtraria : « L’arthrite septique est une urgence médicale »

 

Selon le Pr Ourida Gacem, rhumato-pédiatre au service pédiatrie de l’hôpital de Birtraria, « l’arthrite juvénile est l’un des motifs de consultation au niveau des urgences médicales.

Les causes sont nombreuses, parmi lesquelles l’arthrite septique, une inflammation de l’articulation qui se retrouve infectée, enflée, douloureuse et que l’enfant a du mal à la bouger.

Elle est dû à des microbes multiples comme les virus (rubéole, l’hépatite aigüe,…), les bactéries (staphylocoque, streptocoque, gonocoque…), plus dangereuses, et, dans certains cas (immunodéprimés), la cause peut être due à des parasites ».

Pour aider les parents à déceler cette pathologie chez leur enfant, le Pr Gacem fera savoir que l’un des premiers symptômes est la fièvre qui peut se situer entre 38 et 39° voire 40° C, s’accompagnant parfois de frissons ainsi que des douleurs importantes au niveau de l’articulation enflammée, surtout au toucher.

« Dans ce cas-là, les parents doivent conduire immédiatement leur enfant pour une consultation en pédiatre car il s’agit d’une urgence diagnostique et médicale », expliquera le Pr Ourida Gacem, indiquant par ailleurs que « l’arthrite septique peut s’accompagner d’ulcères cutanés qui peuvent être considérés comme les portes d’entrée du microbe. Il se peut qu’une plaie négligée et non traitée s’infecte et devienne l’origine du développement de l’infection ».

« Cette infection peut entrainer des lésions tissulaires et osseuses parfois irréversibles si elle n’est pas prise en charge à temps », avertira-t-elle encore.

Concernant le diagnostic, le Pr Gacem exliquera que le médecin fera un examen clinique puis d’autres examens (prélèvements pour la recherche du germe, analyses, radio de l’articulation, échographie articulaire…) afin de déterminer l’origine de cette pathologie et établir un diagnostic étiologique.

« L’arthrite septique peut se soigner à condition qu’elle soit prise en charge dès les premières heures ou premiers jours de son apparition », notera-t-elle.

Pour conclure son intervention sur esseha.com, le Pr Ourida Gacem s’adressera aux parents en leur demandant d’être « attentifs aux changements de comportement de leur enfant, notamment lorsqu’il devient inactif contrairement à son habitude. Si l’enfant tombe ou se met à boiter, il faut l’emmener voir un médecin et gare à l’automédication car cela risque de masquer le germe, retarder le diagnostic, ce qui peut entrainer des dommages articulaires.

Autre recommandation aux parents, c’est de suivre scrupuleusement le traitement prescrit par le médecin, faire des séances de rééducation si elles sont également préconisées par le médecin traitant pour que l’articulation ne perde pas sa fonction ».

Hassina Amrouni

%d blogueurs aiment cette page :