fbpx

Pr Moussa Achir à Esseha : « Une otoscopie est nécessaire en cas de fièvre pour détecter une otite moyenne aigue »

 

Ce type d’infection est très courant chez les nourrissons et chez les enfants pendant la saison hivernale, au même titre que de nombreuses maladies qui touchent les petits. L’otite moyenne aigue, ce n’est pas chose aisée tant les manifestations de cette affection sont douloureuses et très incommodantes, et une cause d’inquiétude chez les parents. Fièvre, difficultés ou baisse d’audition, écoulement de l’oreille, diarrhée, vomissements…

« Elle est très répandue en pédiatrie » souligne Pr Moussa Achir, chef de service pédiatrie à l’EPH  de Birtraria.

Dans une interview accordée à notre journal en ligne Esseha ( Voir vidéo ) , notre interlocuteur commence par situer l’origine de ce mal, affirmant qu’elle survient suite à une rhino-pharyngite.

« L’inflammation du pharynx (qui est lié à l’oreille moyenne par la trompe d’Eustache) empêche le passage des sécrétions de l’oreille moyenne par le pharynx et leur stagnation au niveau de celle-ci provoque une inflammation au niveau de la caisse du tympan » indique Pr Achir qui poursuit en affirmant que certains symptômes comme la diarrhée et les vomissements peuvent mener à une autre interprétation, surtout lorsque l’enfant ne parle pas encore.

« Le médecin doit toujours faire une otoscopie, c’est-à-dire examiner les oreilles à l’aide d’un otoscope lorsque l’enfant présente de la fièvre ou qu’il existe un signe que l’oreille (est la cause de son mal). Il doit explorer le tympan et voir s’il est en présence d’une otite ou pas, et s’il s’agit d’une otite érythémateuse inflammatoire (début de l’infection) ou une otite purulente lorsque le tympan est encombré de pus ».

Ce dernier cas nécessite une prise en charge rapide précise l’intervenant, faute de quoi il y a perforation du tympan et écoulement du pus (otite perforée).

Quant à la cause de cette infection chez l’enfant, c’est, dans 30 à 40% des cas, une bactérie nommée haemophilus influenzae, 30 à 40% le pneumocoque et dans 20 à 30% d’autres bactéries, mentionne Pr Moussa Achir.

« Ces deux bactéries sont la cause de 70 à 80% de cas d’otite moyenne aigue » déclare-t-il, ajoutant qu’il existe depuis l’année 2008 un vaccin contre l’haemophilus influenzae, et qu’il a été suivi ces dernières années par le vaccin contre le pneumocoque.

Rachida Merkouche

Pour voir la vidéo du Pr Achir, cliquer sur ce LIEN

%d blogueurs aiment cette page :