fbpx

Pr Karima Achour à propos du recours abusif au scanner : « C’est au médecin de dire ce qu’il y a lieu de faire »

Cette période de cohabitation entre la deuxième vague de Covid-19 et la grippe saisonnière nous interpelle en termes de mesures de précautions, les gestes barrières devant absolument se poursuivre. La panique ne doit pas être de mise lorsque les symptômes de la grippe se manifestent, nous dit Pr Karima Achour, chef de service de chirurgie thoracique au CHU de Bab El Oued. Dans une interview qu’elle a accordée à notre journal en ligne Esseha, Pr Achour exhorte les personnes présentant les signes apparents d’une grippe à ne pas s’affoler et les oriente vers le médecin généraliste. C’est à ce dernier, précise-t-elle, de voir « en fonction des symptômes, si ce sont ceux d’une grippe normale, et si c’est nécessaire, il va demander des tests ». D’autant plus, souligne-t-elle, que « les tests sont disponibles. Il y a le test PCR, le test antigénique, le test sanguin… Il y a même le scanner ». Les moyens existent actuellement, souligne l’intervenante qui indique que lorsque cette infection par le nouveau Coronavirus est détectée en temps opportun, les chances de guérison sont plus élevées.
« Il ne faut pas se dire que c’est une simple grippe et s’abstenir de se faire ausculter par un médecin. Il faut en même temps penser à soi-même et à ceux qui partagent le même espace ». On doit penser à son entourage, recommande Pr Karima Achour qui rappelle que se prémunir, c’est prémunir les siens. Cela passe par les mesures barrières et par le respect des prescriptions médicales, mentionne-t-elle. « C’est au médecin généraliste de dire au malade ce qu’il y a lieu de faire, on ne doit pas décider soi-même de recourir au scanner. J’exerce en chirurgie thoracique, je parle donc en connaissance de cause, il y a des indications pour le scanner et on ne peut donc pas y recourir à tout moment ». Ce qui est le plus indiqué, poursuit-elle, ce sont les analyses et à partir de là, le praticien peut prescrire le traitement adéquat.
« Ce que je peux vous conseiller, c’est de faire attention et de ne pas sortir pour rien. Seule une personne en bonne santé peut être chargée des courses et non les personnes âgées qu’on continue à voir dehors » avec leurs provisions à la main, ni les personnes souffrant de maladies chroniques indique-t-elle.
Rachida Merkouche