Pr Amine Salmi, Chef d’unité des urgences médicales et de la réanimation médicale au CHU Mustapha : « Notre unité est dédiée aux formes graves de Covid-19 »

Rencontré au sein du Service de réanimation, dédié à la prise en charge des formes graves de Covid-19, le Pr Amine Salmi, Chef d’unité des urgences médicales et de la réanimation médicale au CHU Mustapha a fait savoir à Esseha.com que sur les 10 malades hospitalisés au sein de cette unité « 9 étaient en tendance sévère et un 10e malade intubé depuis 8 jours. Pour l’évolution de leur état de santé, elle est favorable pour 50% des patients qui sont sous le protocole Chloroquine et Azithromycine ». Pour les autres 50 %, le Pr Salmi a indiqué qu’« ils n’ont pas été mis sous Chloroquine car il y a des contre-indications à ce traitement mais on reste tout de même optimiste ».

Concernant le protocole suivi pour le traitement des cas de Covid-19, le Pr Salmi dira qu’il est, semble-t-il, « trop tôt pour parler d’efficacité, nous sommes obligés d’attendre 10 jours pour pouvoir se prononcer pour les premiers cas qui ont été soignés avec ce protocole. Maintenant, est-ce qu’il y a des stigmates en faveur d’une bonne évolution ? Bien-sûr, on a remarqué chez trois patients une nette amélioration avec disparition de la fièvre et de la dyspnée. Cela suppose que le protocole peut apporter un plus et peut, peut-être, éviter l’intubation chez certains malades qui ont été hospitalisés en situation critique » et d’ajouter encore avec une pointe d’optimisme : « comme bonne nouvelle, nous avons libéré il y a deux jours un patient qui était pris en charge à notre niveau pour un Covid-19 dans une forme sévère. L’évolution de son état de santé était favorable. Il est sorti après 10 jours de traitement et après avoir réalisé un prélèvement de contrôle au 12e jour et qui est revenu négatif ».

Bien-évidemment, cette satisfaction et cette bataille contre cet ennemi invisible ne peut être gagnée sans le concours de tous, c’est pourquoi, le Pr Amine Salmi profitera de l’occasion pour « remercier tout le personnel médical et paramédical, les agents de sécurité, les brancardiers et tous les responsables de l’hôpital et bien-sûr, je demande à ce qu’il y ait une continuité dans la prise en charge et il faut faire très attention au risque de contamination ».

Kamir B.

 

%d blogueurs aiment cette page :