Port de lunettes inadaptées : « Je paye le prix de mon inconscience »

Mohamed était un fervent adepte des lunettes vendues sur les trottoirs. Il n’hésitait pas à en user aussi bien pour « cacher » ses yeux derrière des verres sombres contre la luminosité que pour lire ou travailler.

Lunettes « reposantes » et lunettes de soleil comme elles sont communément appelées, ils les acquièrent chez les vendeurs illicites qui prolifèrent dans les rues à travers tout le pays.

De son propre aveu, cette pratique a fini par porter préjudice à sa santé oculaire. « Maintenant, mes yeux sont constamment rouges et je ressens une irritation, je suis pratiquement abonné chez l’ophtalmologue ».

L’amertume est perceptible dans la voix de Mohamed. « Je constate que le fait de penser en termes d’économies n’est pas rentable puisqu’on finit par endommager ses yeux et faire des dépenses pour tenter de réparer les dégâts causés. Je paye le prix de mon inconscience ».

 

Nadia Rechoud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :