Plan anti-cancer 2015-2019 : Il reste beaucoup à faire

Le plan anti-cancer initié par le président de la République pour la période 2015-2019 peine à trouver ses marques au vu des résultats maigres réalisés jusqu’à présent. Preuve en est que des régions d’Algérie ne sont pas encore pourvues d’infrastructures dédiées au traitement de la maladie lourde numéro 1 dont souffrent les Algériens, de même qu’au plan de la prophylaxie les choses font du sur-place de l’avis de beaucoup d’observateurs.

Le résultat est que des personnes continuent de mourir bêtement faute de prise en charge ou au vu des rendez-vous qui sont tellement éloignés que le patient succombe avant que son tour n’arrive pour la chimiothérapie.

Ce constat mitigé a été esquissé par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui qui a affirmé ce jeudi 4 octobre à Alger qu’il restait encore beaucoup à faire pour atteindre les objectifs tracés dans le cadre du plan anti-cancer.

Intervenant à l’occasion de la célébration du mois international « Octobre rose » pour la lutte contre le cancer du sein, M. Hasbellaoui a avoué qu’en dépit des acquis réalisés ayant contribué à l’amélioration des conditions pour les citoyens afin de bénéficier d’un traitement du cancer, « il reste encore beaucoup à faire pour atteindre tous les objectifs tracés dans le cadre du plan anti-cancer décidé par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika ».

Mokhtar Hasbellaoui a mis l’accent dans son allocution sur le défaut de coordination entre les différents secteurs et aussi les différents acteurs concernés par cette problématique.

Dans la foulée, le ministre énumérera les réalisations du Plan national anti-cancer. Il a cité l’amélioration des offres de traitement en matière de chimiothérapie et de radiothérapie, la création de 41 services et 77 unités de chimiothérapie à travers les différentes régions du pays, la mise en service de 37 accélérateurs dont 10 accélérateurs dans le secteur privé, et la réception prochaine de 12 nouveaux autres accélérateurs avant la fin de l’année en cours.

Par ailleurs, le ministre a annoncé que quatre centres anti-cancer seront réceptionnés à El Oued, Bechar, Adrar et Tizi-Ouzou avant la fin de l’année 2018. Selon lui, les dépenses consacrées aux médicaments destinés au traitement de cette maladie représentent 60% du total du chiffre d’affaires enregistré par la pharmacie centrale des hôpitaux.

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :