Ouverture de la première « Ecole de l’atopie » en Algérie

Première en Afrique, une école de l’atopie a ouvert ses portes en Algérie et plus précisément au niveau du service de dermatologie de l’hôpital Mustapha Bacha. Subventionnée par la Fondation Dermatite Atopique, cette école de l’Atopie est avant tout un lieu d’écoute, d’échanges autant pour les parents que pour les enfants, nous a indiqué la directrice générale de Pierre Fabre Algérie, le Dr Nawel Baba Hamed.

« Les difficultés du traitement, le manque de connaissances, l’isolement plongent souvent les parents et les enfants dans le désarroi. Ils ont besoin de s’exprimer sur leur maladie et leurs craintes. Pour cela, il faut du temps, de l’écoute, des conseils, des professionnels pour en parler et les aider », a fait savoir, le Dr Baba Hamed.

Selon Mme Baba Hamed, l’éducation thérapeutique est utilisée pour assurer une meilleure gestion à long terme de la maladie et surtout pour améliorer à la fois l’observance du traitement et la qualité de vie des patients et de leur famille.

La directrice de la Fondation, Mme Sophie Mery a expliqué que « Située en général à l’hôpital, l’école de l’atopie est un lieu d’échanges pour les parents ainsi que pour les enfants ». « Comprendre la maladie et son évolution, comprendre l’importance des conseils et bien les respecter, l’hygiène de vie, l’application de l’émollient ont été autant de problématique discutés lors de cet atelier d’éducation thérapeutique organisé à cette occasion. Ces ateliers sont animés à l’aide de supports pédagogiques sous forme de jeux, de conseils pratiques, de dessins, coloriages dont l’objectif est d’améliorer la qualité de vie des malades.

Projet initié dans le cadre d’un partenariat avec la Société algérienne de dermatologie, Mme Sophie Mery a indiqué que « Des dermatologues algériens ont été formés au CHU de Nantes afin de partager les bonnes pratiques ».

Le Pr Ammar Khodja, chef de service de dermatologie, a indiqué à son tour, que « c’est une véritable équipe hospitalière qui se met au service du patient afin de répondre expressément à sa problématique. Des séances d’éducation thérapeutique seront organisées mensuellement et qui vise à améliorer la prise en charge du patient en lui permettant de s’autonomiser, d’acquérir et de conserver des compétences afin de mieux vivre sa pathologie. Il y a lieu de signaler que, les CHU de Constantine et d’Oran seront dotés d’école Atopie prochainement ».

 

 

La dermatite atopique, une affection bénigne nullement contagieuse

 

Plus fréquente chez l’enfant que chez l’adulte, la dermatite atopique (eczéma) touche près de 10 % des enfants de moins de 10 ans. La prévalence en Algérie est de 5%, alors qu’elle est de 20 à 25 % dans les pays occidentaux. Généralement d’origine génétique, la dermatite atopique est une affection bénigne nullement contagieuse.  Selon les spécialistes, après une période variable d’évolution, la dermatite atopique guérit et disparaît dans la plupart des cas, spontanément, avant la puberté. Elle ne laisse aucune cicatrice si elle a été correctement traitée.

« La meilleure façon de soigner la dermatite atopique, c’est d’agir en permanence de manière préventive, en restaurant la fonction protectrice de la peau et en luttant contre les microbes. Un bain quotidien de 5 à 10 minutes en eau tiède, est un moment de détente pour l’enfant. C’est un moment idéal pour éliminer les microbes présents à la surface de la peau », signalent les dermatologues.

 

Fadila kherraz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :