« On ne peut pas parler des hémorroïdes, ni dans son entourage ni au médecin »

Cette maladie demeure taboue au point où on est gêné même dans une pharmacie lorsqu’il faut acheter un traitement pour la combattre. La tante de Yasmine en sait quelque chose, elle qui dit avoir ressenti la honte de sa vie quand sa sœur lui a remis un tube de pommade destinée à la débarrasser des hémorroïdes.

« Ma tante qui effectuait un séjour chez nous souffrait tellement qu’elle a parlé de son mal à ma mère. Mais elle était loin de s’attendre à ce que mon père en prenne connaissance ». C’est que la maman de Yasmina pensait bien faire. Elle voulait tellement que sa sœur soit soulagée de sa douleur et c’est tout naturellement qu’elle s’est adressé à son mari, qui en souffrait régulièrement, pour qu’il acquière le même traitement.

« Entre le fait de demander à ses enfants ou à son époux, elle a fait son choix en pensant que mon père est le seul à en connaître le remède, par expérience. Mais il fallait voir la réaction de ma tante ! »

La malade était dans ses petits souliers, selon la formule consacrée, ce n’est pas chose courante que d’informer les proches, encore moins les hommes, d’une maladie comme les hémorroïdes.

« J’ai su ce qui se passait en voyant ma tante protester auprès de ma mère et lui reprocher le fait d’en avoir informé mon père ! Ce n’était pas de la colère que je percevais chez elle, mais plutôt la honte.

En réagissant de la sorte, elle a mis une autre personne au courant sans le savoir : moi ! Mais le plus important est qu’elle ait utilisé le traitement et que celui-ci ait été efficace ».

En fait, nombre de maux et de pathologies sont tabous et on ne peut en parler à un médecin sans gêne.

Propos recueillis par Nadia Rechoud

Lire aussi :

Pathologie très fréquente, la maladie hémorroïdaire reste un sujet tabou

 

%d blogueurs aiment cette page :