fbpx

Nouvelle recherche américaine : Un virus artificiel pour combattre le SARS-CoV-2

 

Plus d’un an et demi après l’apparition du premier cas de Covid-19 en Chine, les scientifiques du monde entier continuent à faire des recherches pour tenter d’en percer le mystère mais surtout à trouver des solutions pour endiguer ce mal profond qui a fait, jusqu’à présent, plus de 4 millions de décès et des centaines de millions de contaminations à travers le monde.

A ce titre, une équipe de scientifiques américains vient de mettre au point une version artificielle du coronavirus pour détruire le virus à l’origine de cette grave pandémie qui a mis la planète à genoux.
Comment fonctionne cette version ? « Lorsqu’il infecte une personne, le virus s’accroche à une cellule et transfère son génome viral.

Ensuite, la cellule va fabriquer de nouveaux virus selon un procédé de biosynthèse que l’on appelle réplication. C’est à ce moment-là que la version artificielle pourrait agir, en interférant lors de la réplication. Ces génomes défectueux sont comme des parasites pour les virus sauvages », a expliqué Marco Archetti, professeur en biologie à l’université de Pennsylvanie et l’un des auteurs de l’étude.

Observant comment le SARS-CoV-2 originel et le virus artificiel réagissaient sur des cellules de singes, les chercheurs ont comparé les résultats obtenus à ceux d’un groupe de contrôle qui n’avait pas reçu le virus créé en laboratoire.

Après 24 heures, les auteurs de l’étude ont constaté que la version artificielle avait la capacité de « se multiplier trois fois plus vite que la version naturelle. Un phénomène qui empêche donc la réplication du virus sauvage, qui finit par disparaître de l’organisme.

Notons que le virus synthétique ne peut pas survivre en l’absence de SARS-Cov-2. Les deux virus finissent ainsi par être éliminés ».

Il est indéniable que d’autres recherches sont nécessaires pour « confirmer l’efficacité du virus synthétique », toutefois, cette étude ouvre la voie vers l’élaboration d’un traitement contre la Covid-19. A noter que l’équipe de recherche a prévu, prochainement, d’autres essais sur des cellules pulmonaires humaines, ainsi que sur les différents variants de la Covid-19, notamment, le variant alpha du virus.

Synthèse Kamir B.

%d blogueurs aiment cette page :