Nouveau Coronavirus : Dispositif d’alerte au niveau des aéroports

C’est la hantise à travers le monde alors qu’un nouveau type de coronavirus est apparu en Chine et y a déjà causé, jusqu’à dimanche, la mort de 56 personnes. Cette situation commence à rappeler l’épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) dû à un virus appelé Coronavirus, épidémie qui a eu lieu au début de l’année 2003 et qui avait fait 774 morts dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong, pour 8096 personnes atteintes dans une trentaine de pays.

Baptisé 2019-nCov., ce nouveau virus responsable de l’épidémie qui s’est déclenchée en Chine à la fin de l’année écoulée suscite l’inquiétude quant à une possible expansion hors des frontières chinoises, déjà que quelques cas se sont déclarés ailleurs (2 cas ont été enregistrés aux Etats-Unis d’Amérique, 3 en France, 2 en Corée du Sud, 2 au Japon, 1 au Népal, 3 à Singapour, 1 à Taïwan, 4 en Thaïlande, 2 au Vietnam,2 à Hongkong, et 2 à Macao).

Des personnes ayant séjourné dans la ville chinoise de Wuhan où cette mystérieuse pneumonie s’est déclenchée. C’est l’émoi et en même temps le branle-bas de combat à travers toutes les contrées de la planète où des dispositions sont prises pour empêcher la contamination, une gageure au vu des déplacements des populations et des marchandises.

Dans notre pays, l’alerte est déclenchée et des mesures ont été prises au niveau des aéroports internationaux afin de filtrer les entrées et de prendre en charge tout cas suspecté. Le directeur de la prévention au ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, Dr Djamel Fourar, a fait part de la mise en place d’un dispositif d’alerte et d’instructions données au corps médical afin qu’il se tienne prêt face à d’éventuels cas.

«Nous avons pris toutes les mesures au niveau des aéroports internationaux pour se prémunir contre l’épidémie du Coronavirus », a-t-il déclaré, précisant que le ministère de la santé qui suit l’évolution de la situation a donné des instructions à tous les médecins pour renforcer la prévention et prendre en charge les cas dès leur apparition.

Mais l’installation de caméras thermiques dépend de la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui ne seront placées dans les aéroports qu’en cas de propagation de l’épidémie, selon ses propos.

Nadia Rechoud