fbpx

Nouveau coronavirus apparu en Chine : L’OMS ne déclare pas encore l’urgence internationale

Il y a un mois, un nouveau coronavirus est apparu en Chine, faisant à ce jour 26 morts et près de 600 cas détectés.
Face à cette nouvelle menace pandémique, la Chine a suspendu depuis jeudi les trains et avions au départ de Wuhan, la ville où est apparu le nouveau virus pulmonaire. Par ailleurs,une réunion d’urgence a eu lieu jeudi au siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) afin d’estimer le risque posé par ce nouveau virus dont l’origine demeure inconnue et d’envisager ou non « l’urgence de santé publique de portée internationale ».
Finalement, l’OMS a jugé qu’il était «*trop tôt*» pour déclencher l’alerte internationale face à ce virus apparu en Chine et qui s’est répandu dans plusieurs pays (Etats-Unis, Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan ) demandant à Pékin que le confinement de quelques vingt millions d’habitants autour de Wuhan soit de «*courte durée*».
«*Je ne déclare pas aujourd’hui une urgence de santé publique de portée internationale*», a déclaré le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l’issue d’une réunion de deux jours de son comité d’urgence, ajoutant «*Ne
vous y trompez pas, c’est une urgence en Chine (…). Ce n’est pas encore une urgence sanitaire mondiale*», mais «*cela pourrait le devenir*», a-t-il attesté.
Le directeur de l’OMS a, par ailleurs, estimé que la Chine a pris les «*mesures qu’elle juge appropriées pour contenir la propagation du coronavirus à Wuhan et dans d’autres villes et nous espérons qu’elles seront à la fois efficaces et de courte durée*». De son côté, le président
du groupe du comité d’urgence ad hoc de l’OMS, Didier Hussain, a expliqué qu’après avoir reçu des informations de Pékin, les experts ont «*compris que les mesures prises dans la ville de Wuhan ont résulté de l’initiative de cette ville et ne résultaient pas d’une évolution
épidémiologique*».
Le comité d’urgence de l’OMS va se réunir à nouveau aujourd’hui, vendredi, et suivra avec attention l’évolution de la situation.
Selon le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Li Bin, des mesures de prévention ont été prises telles que la ventilation et la désinfection dans les aéroports, les gares et les centres commerciaux. «*Des détecteurs de température corporelle pourront
également être installés dans les sites très fréquentés*», a-t-il fait savoir.
De nombreux pays ayant des liaisons aériennes directes ou indirectes avec Wuhan ont renforcé les contrôles des passagers à l’arrivée, par crainte de voir se répéter l’épisode de 2002-2003 où une épidémie du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) avait fait près de 800
morts dans le monde dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong, selon les chiffres de l’OMS.
Kamir B
%d blogueurs aiment cette page :