Nombreux sont les sujets à risque qui ne se sont toujours pas fait vacciner

« Nombreux sont les sujets à risque qui ne se sont toujours pas fait vacciner en dépit de la disponibilité du vaccin dans les Etablissements public de santé de proximité (EPSP) et dans les officines » », a déclaré le directeur de la prévention au ministère de la Santé, le Dr Djamel Fourar, en marge d’une journée de sensibilisation organisée par le ministère au niveau d’un centre commercial Ardis.

« Seul un million de personnes ont été vaccinées alors que 1 800.000 de doses ont été distribuées aux EPSP », a-t-il fait savoir précisant que 300.000 doses restent à distribuer par l’Institut Pasteur d’Algérie dès l’épuisement des quotas ».

Le représentant du ministère a appelé les catégories de la société les plus exposées au virus de la grippe saisonnière à se faire vacciner avant que le virus n’atteigne son pic en janvier et février, tout en expliquant que le virus de la grippe est un virus qui mute, il peut changer au cours de l’année et il peut entrainer des complications très graves ».

Dr Fourar a appelé les malades chroniques, les personnes âgées, les femmes enceintes ainsi que les enfants n’ayant pas encore été vaccinés à se rapprocher des établissements de santé et des officines.

Soulignant qu’aucun décès dû à la grippe saisonnière n’a été enregistré à ce jour, et ce au vu de la douceur des températures hivernales cette année, Dr Fourar prévoit un pic du virus durant les mois de janvier et février avec la baisse du mercure qui favorise la transmission du virus.

En 2018, un décès avait été déploré contre 26 en 2016 et 2017 à travers tout le territoire national, a-t-il rappelé, indiquant que quelque 650.000 décès sont recensés annuellement à travers le monde sur un total de 5 millions de personnes atteintes de grippe saisonnière.

De son côté, le Dr Karim Djerroud, directeur Sanofi Pasteur Algérie a expliqué que « l’efficacité du vaccin est effective deux à trois semaines après de son administration, assurant que la vaccination demeure le meilleur moyen de prévention contre le virus de la grippe saisonnière et qu’elle est recommandée jusqu’à la mi-février.

Le Dr Djerroud a affirmé que les syndromes grippaux représentent environ 10 % des motifs de consultations en Algérie tout en rappelant que «la vaccination doit ainsi se poursuivre jusqu’au mois de mars. Elle touchera essentiellement les personnes vulnérables et les personnes à risque ainsi que les personnes âgées ».

 

F.Z Achour