Niveau de couverture sanitaire : L’ONU félicite l’Algérie

Les Nations Unis sont satisfaites du système de santé en Algérie ainsi que du niveau de couverture sanitaire. Le coordonnateur résident du Système des Nations-unies (SNU), Eric Overvest, a félicité, jeudi à Alger, l’Algérie pour ses efforts en matière de système de santé et de couverture sanitaire, réitérant l’appui « indéfectible » de son organisation pour l’aider à relever les défis.

 

« Nous félicitons l’Algérie pour ses très nombreux acquis en matière de système de santé, de couverture sanitaire universelle, de réduction de la mortalité infantile, de la mortalité maternelle, de réduction voire l’éradication de certaines maladies contrôlables par la vaccination », a-t-il déclaré, à l’occasion du Salon d’information sur le cancer (SICAN 2018) et la célébration d' »Octobre Rose ». Il a dans ce cadre, réitéré l’appui « indéfectible » de son organisation pour accompagner l’Algérie à poursuivre ces efforts et relever les défis, estimant qu’à travers la mise en place de son Plan national cancer, l’Algérie s’est engagée dans cette lutte et mis tous les moyens humains et matériels pour relever le défi.

De son côté, le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Algérie, Dr Bla François Nguessan a estimé que l’Algérie se voit confrontée, depuis quelques années, à la progression des maladies non transmissibles (MNT) notamment le cancer, malgré les « progrès considérables » accomplis notamment en matière de couverture sanitaire universelle, et l’éradication d’un certain nombre de pathologies à protection vaccinale.

Le Plan national cancer dont dispose l’Algérie depuis 2015 a permis « des avancées considérables » en matière de dépistage et de prise en charge, mais « beaucoup reste à faire pour vaincre le cancer dont la lutte ne dépend pas seulement du secteur de la santé ». M. Nguessan a fait remarquer, à ce propos, que « l’investissement dans la lutte contre les facteurs de risque des MNT est un investissement sûr, et permet de sauver des vies en dépensant moins ».

Évoquant le cancer du sein, le même responsable a fait savoir que l’OMS encourage la mise en place de programmes complets de lutte contre ce type de maladie dans le cadre des plans nationaux de lutte contre le cancer, précisant néanmoins, que le dépistage par mammographies « est très coûteux et n’est envisageable que dans des pays disposant d’une bonne infrastructure médicale et qui ont les moyens de mettre en place un programme à long terme comme en est le cas de l’Algérie », a-t-il dit.

 

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :