fbpx

Nipah, ce nouveau virus qui fait craindre le pire

Alors que le monde entier est mobilisé dans une guerre sanitaire contre la pandémie du Covid-19, causée par le coronavirus SARS-CoV-2, voilà que le nipah, un nouveau virus, entre en scène et suscite l’inquiétude d’une nouvelle épidémie.

L’ONG Access to Medicine Foundation, fondée par les gouvernements britannique et néerlandais, note dans un récent rapport que ce virus – qui figure sur la liste des dix agents les plus pathogènes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – fait craindre une nouvelle pandémie, s’il se propage dans un pays aussi peuplé que la Chine et dépasse les frontières de l’Asie.

Les scientifiques indiquent que le virus Nipah appartient à la famille des paramyxovirus, qui sont des cousins des virus de la grippe. Il est transmis par les chauves-souris frugivores (qui se nourrissent de fruits). 

La contamination vers l’homme se fait au contact de ces chauve-souris ou en consommant les fruits contaminés par les urines ou les salives des chauve-souris frugivores.

L’histoire épidémiologique retient que la première apparition du virus Nipah a eu lieu en 1998 dans les porcherie d’Indonésie. « À l’époque, 276 personnes ont été contaminées, avec un taux de mortalité très élevé frôlant les 39 % », révèle un spécialiste dans un média moyen oriental.

Le virus Nipah se transmet entre humains de  la même manière que les virus de la grippe ou le SARS-CoV-2, c’est-à-dire par des gouttelettes respiratoires et le contact d’une surface contaminée

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des centres de recherches scientifiques ont révélé certains détails sur les symptômes provoqués par le virus Nipah.

Il s’agit de six symptômes que le patient présente dès 4 aux 14 jours de la contamination. Ces symptômes sont la fièvre, la toux, les maux de tête, vomissement, mal de gorge et des difficultés respiratoires.

Si l’état de santé du patient se détériore, il présenterait d’autres symptômes comme le sommeil, la confusion, confusion mentale, l’encéphalite et le gonflement cérébral. Ensuite, le malade entre en coma et se rapproche de la mort.

Plusieurs personnes ayant contracté ce virus, ont, pourtant guéri. L’incubation de ce virus pourrait s’élever à 45 jours. Et jusqu’à présent, il n’y a ni médicament ni vaccin contre Nipah.

Le virus se propage particulièrement en Asie du Sud-Est, mais pourrait causer une pandémie mondiale.

Nora S.