fbpx

Mohamed : « Nous vivons au rythme de l’hémophilie de mes deux enfants »

 

« C’est une double peine que nous vivons ma femme et moi : celle d’avoir deux enfants atteints d’hémophilie et celle d’une prise en charge aléatoire ». Mohamed se dit quand même habitué à cette situation, la famille vit au rythme de la maladie des deux enfants, les surveillant et faisant attention à ce qu’ils ne se blessent pas.

Les deux enfants, Lyès et Nassim, âgés respectivement de 5 et 8 ans, ne sont pas vraiment conscients de leur problème de santé. « Ils jouent, ils courent dans la maison et se chamaillent, et au lieu que cela nous fasse plaisir, nous avons constamment peur pour eux leur maman et moi », s’inquiète le père qui poursuit en affirmant que leur circoncision a constitué une véritable angoisse.

« J’en avais informé le médecin pour chacun de mes deux enfants mais notre inquiétude était immense. Nous avions peur qu’ils y’ait une hémorragie, sachant que celle-ci pourrait être fatale. Dieu merci, cela ne s’est pas produit, le médecin s’y étant pris avec beaucoup de précaution et ayant prescrit un traitement de prévention », souligne-t-il.

Propos recueillis par Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :