Mme Farida Saddouki : « Nous avons reçu 191 brûlés durant la première quinzaine de Ramadhan dont beaucoup d’enfants »

Ce ne sont pas que des chiffres, ce sont des drames. L’ex Clinique des brûlés a reçu pendant les deux premières semaines 191 brulés dont un nombre important d’enfants. Exigüité de l’espace d’habitation, hyperactivité de l’enfant, moment d’inattention des parents et un accident est vite arrivé. Ceux qui sont réellement confinés chez eux, ce sont incontestablement les enfants qui ont déserté la rue et les aires de jeu et les risque d’accidents domestiques se trouvent multipliés, la lassitude d’une longue claustration aidant. Un gamin touche à tout, s’ennuie, se lasse de ses jeux, s’éparpille dans les activités qu’il se créé et finit par exiger de l’attention. Des acrobaties qu’il ne maîtrise pas, des sauts d’obstacles, cela se termine parfois par une mauvaise chute. L’un des drames qui surviennent à domicile, ce sont les brûlures.

« Les enfants aiment courir dans la maison et aller d’un endroit à un autre et vers la cuisine. Avec le confinement, les petits ne sortent pas et ne vont pas à l’école. Le conseil que je donne aux parents, aussi bien la maman que le papa qui ne doit pas se soutirer à sa responsabilité, c’est de surveiller leurs enfants. Leur donner la liberté de mouvements, mais qu’ils en prennent soin ». Une recommandation donnée par la directrice de l’établissement hospitalier spécialisé des brûlés Claudine et Pierre Chaulet à Alger Centre, Mme Farida Seddouki dans une déclaration à notre journal en ligne Esseha.com. « Ils ne doivent pas les laisser évoluer là où ils peuvent courir un danger comme c’est le cas dans la cuisine.

En cette période de Ramadhan, les risques sont plus grands avec la préparation du f’tour. Il ne faut pas les laisser entrer dans la cuisine. Les parents sont responsables, on ne doit pas arriver à une situation regrettable ». Mme Saddouki, qui affirme que l’établissement reçoit beaucoup de brûlés de différentes régions du pays, déplore le fait que durant la première quinzaine de Ramadhan, 191 brulés ont été évacués vers cet EHS (dont 146 d’Alger, 9 de Blida et 6 de Boumerdès) dont un grand nombre d’enfants.

Tout en exhortant les parents à observer une grande vigilance pour éviter ces drames, elle a mis l’accent sur la nécessité d’évacuer immédiatement l’enfant vers l’établissement le plus proche pour les premiers soins et de ne rien mettre sur la brûlure, on doit juste laisser couler de l’eau dessus.

Rachida Merkouche

 

%d blogueurs aiment cette page :