M. Benbahmed : « Il faut un système de régulation des stocks de chaque pharmacie hospitalière par rapport à la PCH »

Il est nécessaire de disposer d’un système de commande automatique des médicaments en ce qui concerne la pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) et les différentes pharmacies hospitalières. Lors de sa visite jeudi au Salon international de la pharmacie en Algérie (SIPHAL 2020), le ministre délégué chargé de l’industrie pharmaceutique, M. Lotfi Benbahmed, a ainsi mis l’accent sur la nécessité de procéder à la mise en place d’un tel système à travers la numérisation, selon la politique gouvernementale qui vise à étendre celle-ci à tous les secteurs.

Il a souligné que « L’objectif est la prise en charge de la population en terme de disponibilité des médicaments. Il faut un système de régulation des stocks de chaque pharmacie hospitalière par rapport à la PCH ». L’autre tâche qui s’avère indispensable et à laquelle s’attelle le département ministériel de M. Benbahmed est l’immatriculation des médicaments qui doit permettre leur traçabilité.

« Des textes législatifs vont imposer cette sérialisation des médicaments d’ici deux à trois ans, commençant par les psychotropes », a-t-il annoncé. Par ailleurs, le ministre délégué a relevé l’importance de l’industrie de production de médicaments anti-cancéreux. Il a indiqué que cela permettrait de réduire la facture d’importation de ces produits. « On compte beaucoup sur ces types de production. Au niveau de la PCH, l’achat des produits d’oncologie et d’hématologie correspond à une facture annuelle de 64 milliards de dinars », a affirmé le même responsable.

Nadia Rechoud