Lutte contre la tuberculose: Traitement précoce avant l’app De la pathologie

Dorénavant, la prise en charge de la tuberculose se fera selon un protocole conforme aux orientations de l’Organisation mondiale de la Santé, lequel préconise le dépistage précoce du bacille de Kock.

C’est ce qu’a annoncé le responsable du programme national de lutte contre la tuberculose au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Dr Sofiane Ali Halassa, à la veille de la journée internationale de lutte contre la tuberculose, le 24 mars de chaque année. La même source explique que ces orientations visent à concrétiser les objectifs du développement durable (ODD), tracés par l’Organisation des nations unies (ONU), pour la période 2016-2036, pour éradiquer cette pathologie.

Le Dr Ali Halassa a expliqué que désormais le nouveau protocole consiste à diagnostiquer la tuberculose dans le milieu où se trouve le cas confirmé, ainsi que son traitement précoce avant même l’apparition de la pathologie, contrairement à ce qui se faisait durant les années écoulées, à savoir « le dépistage de la bacille de Koch latent sans le traiter ».

Sur le plan épidémiologique, l’Algérie a le même responsable a enregistré en 2018 plus de 23 000 cas de tuberculose dans ses deux formes, contagieuse (7032 cas) et extra-pulmonaire avec 16 025 cas. Cette situation dénote d’une prolifération de la forme non-contagieuse et du recul de la forme contagieuse qui est la plus dangereuse.

Le responsable a fait savoir que le Programme national de lutte contre la tuberculose place la tuberculose extra pulmonaire au rang des priorités, en termes de dépistage précoce et de traitement sans pour autant que cette forme ne constitue de danger pour la santé publique.

Au sujet des facteurs déclencheurs de la tuberculose, le spécialiste cite la consommation du lait cru et de ses dérivés, une pratique fortement répandue dans les régions des Hauts plateaux à vocation pastorale.

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :