fbpx

L’oxyurose ou l’infection parasitaire intestinale

Ils sont courants et se transmettent facilement parmi les enfants, à la maison ou dans les crèches et garderies, et même au sein de la famille. Il est affirmé qu’entre une personne sur 3 et une personne sur 4 est porteuse d’oxyures, ou vers intestinaux, ce qui signifie que tout le monde est à risque. L’oxyurose se caractérise par la présence de petits vers blancs dans le rectum, il s’agit d’une infection parasitaire intestinale sans gravité mais suscitant de l’inconfort. Elle se manifeste notamment par des démangeaisons autour de l’anus surtout pendant la nuit, perturbant le sommeil lorsque l’infection est importante, et du fait que ces parasites qui vivent dans l’intestin sortent dans l’anus où les femelles déposent leurs œufs (10.000 œufs en moyenne). Les larves libérées se déplacent vers l’intestin pour devenir des parasites adultes en moins d’un mois. La contamination se fait par ingestion des œufs en portant à la bouche les doigts souillés, ceux-ci (les œufs) peuvent résister jusqu’à 2 semaines hors du corps humain, sur les sous-vêtements, la literie, le sol, le siège de toilette  ou d’autres objets, ce qui explique la transmission à d’autres personnes. Comme mentionné plus haut, les démangeaisons (prurit anal) constituent le signe le plus caractéristique de l’oxyurose, le soir ou la nuit, signe qui peut s’accompagner de diarrhées épisodiques et inexpliquées ainsi que des douleurs abdominales, une irritabilité et des insomnies. On peut constater à la consultation des lésions au niveau de l’anus, provoquées par le grattage, et bien évidemment la présence de petits vers blancs mobiles dans les selles ou sur l’anus. Pour en venir à bout, un traitement antiparasitaire est indispensable aussi bien pour la personne affectée (enfant ou adulte) que pour son entourage, à administrer à nouveau 15 jours après la première cure afin de contrer un nouveau risque de contamination. Parallèlement au traitement, il est nécessaire de procéder à la désinfection de toute la literie, des vêtements et des sous-vêtements, et en termes de prévention, de bien se laver les mains régulièrement et surtout après être allé aux toilettes, et de couper et brosser les ongles des enfants.

Nadia Rechoud