L’importance des enquêtes épidémiologiques : Réagir et élaborer une riposte à l’épidémie

Le mois de juillet a vu la wilaya d’Oran enregistrer 150% de hausse des cas de contamination à la Covid-19, comme confirmée par la Direction de la santé et de la population d’Oran (DSP). Cette flambée est expliquée par plusieurs facteurs tout d’abord l’absence de geste barrières dans les espaces publics, le relâchement de la population face à l’épidémie et les clusters familiaux.
Face à cette situation et compte tenu que les scientifiques et autres virologues ne connaissent pas parfaitement le virus, l’une des réponses urgente est les enquêtes épidémiologiques. Le Professeur Zoubir Fouatih Epidémiologiste au Centre Hospitalier Benzerdjeb d’Oran (CHUO) et de la faculté de médecine à l’université d’Oran, rappelle justement que dès le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de la covid-19, et « Après l’installation du Comité Scientifique de suivi de la pandémie, il est apparu nécessaire de mettre en place une cellule qui serait chargée de coordonner les enquêtes réalisées sur le terrain par les Services d’Épidémiologie et de Médecine Préventive (SEMEP) des Établissements Publics de Santé de Proximité (EPSP). »
Et pour mener à bien ces enquêtes épidémiologiques il a été préconisé et élaboré avec le travail de SEMEP et de la cellule un outil expliqué par notre interlocuteur : » Cet outil permet de suivre des enquêtes épidémiologiques sur smartphone et tablette à l’usage des SEMEP et dont les données sont centralisées, instantanément au niveau d’un serveur au Ministère de la santé avec un accès spécifique par wilaya pour chaque DSP. L’information géo localisée est accessible en temps réel, permettant de suivre chaque foyer et les contacts correspondants recensés pendant 14 jours. Il permet également d’avoir des indicateurs de suivi de ces foyers y compris sur carte »
Ce système est aujourd’hui opérationnel dans certaines wilayas comme « Oran, Blida. D’autres wilayas sont touchées progressivement et une formation a été faite à Sétif, Constantine, Bouira, Tizi Ouzou, Alger, Bordj Bou Arreridj et bientôt Boumerdes Tipaza et Ouargla » explique le professeur Z. Fouatih, » il faut donc coordonner nos efforts en échangeant nos expériences et en mutualisant nos moyens. Ceci permettra la fluidité, la précision et la rapidité de la transmission des données pour la riposte ».
D’ailleurs dans le cadre de ce travail d’enquête épidémiologique important, la DSP d’Oran a cas de la Covid-19. Le travail épidémiologique permettra encore de voir sii l’on peut tabler sur une immunité collective comme réponse à l’épidémie.
Driss Mokkadem

%d blogueurs aiment cette page :