fbpx

Les récepteurs des poumons plus accueillants pour le Coronavirus chez les fumeurs

Il est largement prouvé que le tabagisme ouvre la voie à de nombreuses maladies et qu’il en accentue les effets. Le Covid-19 n’est pas en reste, il trouve même plus de facilité à pénétrer dans les poumons d’un fumeur. Selon une récente étude (non encore totalement validée), le virus utilise des récepteurs qui se trouvent dans les poumons baptisés ACE2, et lorsqu’il s’agit de personnes qui fument, le nombre de ces portes d’entrée du virus se multiplie.

Cette information doit être connue et prise en compte afin de diminuer la progression de cette épidémie au sein des populations. « C’est une piste intéressante quand on cherche à multiplier le nombre de moyens pour lutter contre cette épidémie » souligne le Docteur Emmanuel André du Centre belge de référence pour le coronavirus, avant d’ajouter : « Si l’on peut diminuer le nombre de fumeurs, on pourrait quelque part limiter l’apparition de cas très sévères ».

Ce même chercheur a mentionné que les récepteurs des poumons n’ont montré aucune différence au sein de différents groupes selon leur race et leur rage mais que c’est le cas pour les fumeurs dont les poumons ont plus de portes d’entrée pour le virus Les scientifiques affirment que « le Covid-19 ne provoque pas d’affections graves chez tout le monde », et ses « symptômes (sont) très modérés dans la plupart des cas », mais ce n’est pas une règle générale puisqu’il « peut provoquer des infections pulmonaires très sévères ».

Les patients fumeurs pourraient figurer parmi ceux qui subissent ces effets d’où la nécessité d’approfondir les recherches. Pour le moment, le tabagisme est soupçonné d’être un facteur aggravant. Mais le docteur Emmanuel André ne se dit pas catégorique à ce sujet : « Beaucoup de chinois fument, surtout les hommes, de là à tirer des conclusions, sur l’influence de la cigarette sur les cas les plus sévères de la maladie, il est trop tôt pour faire un lien direct.

Mais d’autres études tendent à montrer que cette porte d’entrée, ce récepteur ACE2 était surexprimé chez certains patients qui avaient une forme sévère de la maladie. On commence à assembler certaines pièces du puzzle, mais pas de quoi affirmer qu’il y a un lien de cause à effet ».

Il en ressort que ce n’est pas encore évident que fumer favorise plus l’entrée de ce nouveau virus, celui-ci n’étant pas encore bien connu. Cela devrait en tout cas constituer pour les fumeurs une raison de plus pour arrêter de fumer. Mais le pourront-ils, eux qui remettent toujours cette décision aux Calendes grecques, tout en en connaissant les dégâts sur leur santé et celle de leur entourage, les fumeurs passifs.

Nadia Rechoud