Les pénuries de médicaments compromettent la prise en charge des malades, notamment des cancéreux

La lutte contre les pathologies lourdes ainsi que pour les pathologies chroniques est trop souvent freinée par les pénuries récurrentes de médicaments. La gestion aléatoire des stocks ainsi que les perturbations qui marquent la distribution et l’approvisionnement des officines en médicaments font fi de la prise en charge de ces maladies alors que les autorités sanitaires n’ont pas pu venir à bout de ce problème. L’accès aux soins est pourtant un des droits fondamentaux de tout citoyen. Plusieurs ministres qui se sont succédé ont, jusque-là, fait preuve d’impuissance face à cet enchevêtrement de bureaucratisation du médicament et de lobbying des fournisseurs. Des spécialistes en oncologie ne cessent de dénoncer l’indisponibilité de traitements anti-cancéreux, pas seulement dans les pharmacies, mais également au sein des hôpitaux qui, en plus, continuent d’être confrontés à des difficultés en termes de radiothérapie et de chimiothérapie et à des pannes répétées affectant le matériel. Ce qui retombe, à coup sûr, sur la conduite des soins fournis aux malades et aboutit à un espacement exagéré des rendez-vous pour ces types de traitements. Ces pannes, résultat de l’absence de formation de techniciens, donne du grain à moudre aux structures privées vers lesquelles les patients sont obligés de se tourner pour certains examens, et même pour la chimiothérapie et la radiothérapie, et encore faut-il pouvoir en payer le prix. Il en est de même pour les autres médicaments, nécessaires pour le traitement des maladies cardio-vasculaires et du diabète, le syndicat des pharmaciens et des associations de malades relevant souvent l’indisponibilité d’hyperglycémiants et de certains médicaments indispensables aux personnes souffrant de pathologies cardiaques. Font défaut également les traitements de l’asthme et des troubles de la thyroïde pour ne parler que de ces maladies, sachant que les pénuries concernent quelques 270 médicaments.

Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :